Cahiers Figura

Chemins de traverse et mémoire d'une ville: la double spatialité du labyrinthe dans «L'emploi du temps» de Butor

Numéro de la publication:
6
Année de parution:
2002

Dans la production romanesque de Michel Butor, et de façon plus explicite dans L'emploi du temps, le labyrinthe représente un paradigme majeur autour duquel s'organise une réflexion sur la relation du sujet à l'espace urbain et sur sa lecture des images culturelles constitutives de cet espace de figuration et d'écriture qu'est «le texte de la ville». C'est par le biais de telles images démultipliées que le narrateur parviendra à inférer du sens et à se rendre intelligible son expérience de la ville, passant ainsi, dans l'écriture, de la remémoration d'une architecture urbaine pratiquée à la spatialisation d'une architecture textuelle, complexe, suivant en effet le fil (tortueux) des références culturelles croisées. Aussi, la question du labyrintbe sera envisagée sous deux aspects qui semblent déterminants: la perception de la ville dans les parcours qu'y effectue le narrateur, l'espace urbain se donnant dès son premier abord comme espace labyrintbique, et la constitution d'un autre espace, imaginaire celui-là et tout aussi égarant, à partir des différents signes culturels que la ville dispose en ses différents lieux comme de multiples points d'une topologie. La prise en compte de ce labyrintbe second, réseau d'images, offrira également l'occasion d'envisager la ville en tant que structure réticulaire d'une mémoire artificielle, mémoire extérieure au narrateur mais fortement investie -on pourrait dire, littéralement, qu'il vient l'habiter, qu'il s'y installe, voire qu'il l'installe en lui, ultimement, par un renversement (la véritable péripétie) qu'opérerait «l'aventure du récit» conçue comme appropriation des signes. C'est donc depuis ces lieux de mémoire ainsi parcourus et investis que s'enclenchera un processus d'imagerie, le plus souvent motivé par le désir du narrateur d'interpréter son expérience passée dans la ville étrangère de Bleston. Une telle fantasmagorie donnera forme à ces «errances mentales» auxquelles laissait croire James Jenkins et dont parle Dominique Viart dans «L'écriture et le labyrinthe des signes».

Suite en format pdf.

Langue du contenu:
Pour citer ce document:
Simard, Nicolas. 2002. « Chemins de traverse et mémoire d'une ville: la double spatialité du labyrinthe dans L'emploi du temps de Butor ». Dans L'imaginaire du labyrinthe. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <https://oic.uqam.ca/fr/articles/chemins-de-traverse-et-memoire-dune-ville-la-double-spatialite-du-labyrinthe-dans-lemploi>. Consulté le 4 février 2023. D’abord paru dans (Archibald, Samuel, Bertrand Gervais et Anne Martine Parent (dir.). 2002. Montréal : Figura, Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. coll. Figura, vol. 6, p. 67-82).
Fichier attachéTaille
cf6-4-simard-chemins_de_traverse.pdf3.11 Mo
Aires de recherche:
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification