Article d'une publication

Le mouvement des fluides. «La Machine d’eau de Manhattan», de E. L. Doctorow

Martin Roldan
couverture
Article paru dans Des fins et des temps: les limites de l’imaginaire, sous la responsabilité de Jean-François Chassay, Anne Élaine Cliche et Bertrand Gervais (2005)

Il y a de ces fins qui ne veulent pas finir, qui se croient éternelles, qui vont à l’encontre de leur nature. S’agit-il encore d’une fin quand elle dépasse ses limites? Quand elle refuse de se conformer à sa propre définition? Comment expliquer une fin qui n’en est pas une? Une fin qui s’annule, en quelque sorte? Si les conceptions de la fin ne sont pas univoques, elles présupposent toutes, à la base, une coupure, une clôture radicale, que quelque chose, en somme, s’achève. On ne peut être au-delà d’une fin sans attendre en même temps l’avènement d’une autre fin. En ce sens, les fins servent à structurer notre relation avec la temporalité, à nous inscrire dans le temps tout en le segmentant. Être dans la fin correspond à l’appréhender consciemment, à savoir qu’une autre fin viendra, que toute fin se transforme en genèse et que nous sommes toujours coincés entre deux fins.

Ce site fait partie de l'outil Encodage.