Article d'une publication

Les effets du roman et du film policiers psychologiques à travers l’étude de la lecture et du visionnement de «Mystic River»

Helen Faradji
couverture
Article paru dans Formation des lecteurs: formation de l’imaginaire, sous la responsabilité de Max Roy, Marilyn Brault et Sylvain Brehm (2008)

Lorsque l’on évoque le roman policier, un premier problème de définition se pose. En effet, en tant que catégorie générique, il recouvre plusieurs sous-genres schématiquement identifiables comme le roman à énigmes (qui instaure un pari entre l’auteur et le lecteur pour savoir qui, du détective ou du lecteur, résoudra l’énigme en premier), le roman noir (qui vise à faire plonger le lecteur dans les bas-fonds ou les milieux criminels) et enfin le roman à suspense (qui fait partager au lecteur la traque d’un personnage par un criminel ou par la police). Bien évidemment, de nombreux romans, notamment contemporains (en raison de l’influence post-moderne favorisant le mélange des genres), n’obéissent pas aussi strictement à ces codes. C’est le cas de Mystic River, écrit par Dennis Lehane en 2002, qui évoque la tragédie de Jimmy Marcus dont la fille Katie est assassinée à l’aube de ses 19 ans dans un quartier populaire de Boston. Deux amis d’enfance de Jimmy sont mêlés à l’affaire puisque Sean, devenu policier, est chargé de l’enquête et que Dave, victime d’abus dans sa jeunesse, voit tous les soupçons peser sur lui. Empruntant à la fois à l’enquête policière pure, à la peinture sociale du roman noir ainsi qu’au suspense et ajoutant une forte dimension psychologique, ce roman me paraît pouvoir être défini comme un roman policier psychologique. Il a été adapté au cinéma par Clint Eastwood. À l’aide d’entrevues réalisées avec deux lecteurs et deux spectateurs, j’ai désiré comparer les effets du roman sur les premiers et ceux du film sur les seconds afin de pouvoir vérifier si les imaginaires policiers littéraire et cinématographique se constituaient de la même façon.

Ce site fait partie de l'outil Encodage.