Article d'une publication

Représentation et traversée de l’espace dans «Haroun and the Sea of Stories» de Salman Rushdie

Jean-François Gaudreau
couverture
Article paru dans Pratiques de l’espace en littérature, sous la responsabilité de Rachel Bouvet et François Foley (2002)

Étudier l’espace dans la diégèse peut s’avérer être l’une des approches les plus révélatrices pour la compréhension d’un roman, tout particulièrement lorsque la temporalité joue un rôle secondaire ou qu ‘elle est distordue. L’espace occupe une position d’autant plus structurante dans le récit lorsque celui-ci fait l’objet d’un parcours. Il n’est pas rare qu’il prenne la valeur, effective ou métaphorique, du voyage et qu’il devienne expression et représentation de la métamorphose du héros. Cette métamorphose s’effectue grâce au voyage et à travers celui-ci.

Le parcours du héros est aussi, par le truchement de la lecture, le parcours du lecteur à travers un monde plus ou moins imaginaire. La jonction du monde particulier du roman avec l’univers intérieur du lecteur ne manque pas d’induire un ensemble de relations qui participent à la création de sens multiples à l’oeuvre, pour autant qu’elle s’y prête. Et s’il est un genre qui devrait répondre à ce critère, c’est bien le roman.

Nous entendons, dans le texte qui suit, explorer la représentation de l’espace et de sa traversée dans Haroun and the Seo of Stories de Salman Rushdie. Ce roman, qui s’inscrit d’entrée de jeu dans l’univers du conte, relate le passage de Haroun du monde de l’enfance insouciante au monde de l’adolescence par un voyage à caractère initiatique qui l’amène à entrevoir la vie adulte et les vertus qu’elle exige. Pour sa part, le lecteur est entraîné dans un monde ludique où l’univers imaginaire réveille et révèle le pouvoir des mots et de l’imagination à l’oeuvre dans le monde réel.

Ce site fait partie de l'outil Encodage.