Article d'une publication

Prendre et perdre son temps. La transparence du verre dans «Le verre d’eau» de Francis Ponge et «L’invention du verre» d’Emmanuel Hocquard

Philippe Charron
couverture
Article paru dans Le temps contemporain: maintenant, la littérature, sous la responsabilité de Jean-François Hamel et Virginie Harvey (2009)

Francis Ponge et Emmanuel Hocquard aiment prendre et perdre leur temps selon des plages horaires différentes. Tandis que l’un s’adonne à la copie du dictionnaire, à la fabrique de bombes et à la compilation d’explosions, l’autre sabote son métier d’historien et se travestit en détective privé pour enquêter sur des cas dont l’enjeu est absent, qui ne demandent aucune résolution et pour lesquels «l’ensemble des hypothèses ne [dit] rien de l’origine des hypothèses». Le plaisir se trouve dans la collecte d’indices qui ne sont preuves de rien. Si prendre son temps, en tant que modalité, et perdre son temps, en tant qu’activité, sont habituellement considérés d’une façon péjorative, il faudra se rendre à l’évidence qu’il n’en est rien pour ces deux auteurs; l’usage de ces termes confirmerait plutôt leur célébration de l’oisiveté et redéfinirait le temps comme forme des possibles plutôt que comme unité de mesure nécessaire.

Ce site fait partie de l'outil Encodage.