Article d'une publication

L’émergence du cinéma inuit. L’approche documentaire dans «Atanarjuat, the Fast Runner»

Maude Paquette
couverture
Article paru dans Problématiques de l’imaginaire du Nord en littérature, cinéma et arts visuels, sous la responsabilité de Daniel Chartier, Joë Bouchard et Amélie Nadeau (2003)

Depuis 1985, la compagnie Igloolik Isuma Productions réalise des oeuvres cinématographiques typiquement inuites, dont le premier long métrage de fiction en inuktitut, Atanarjuat, the Fast Runner. Dans ce film, le réalisateur, Zacharias Kunuk, s’inspire de l’approche documentaire, comme l’a fait Pierre Perrault dans ses films, et veut proposer une nouvelle vision de l’histoire, tout en développant une cinématographie spécifique à la culture inuite qui vise, entre autres, la conservation de la culture orale par sa mise en images. Pour ce faire, le réalisateur intègre à son film des éléments tels que le style épique et la dimension performative du conteur. Ainsi, il fixe et réinterprète une culture orale qui s’efface de plus en plus de la mémoire collective. L’auteure de cet article propose de voir comment l’approche documentaire permet à Kunuk d’utiliser le langage cinématographique pour conserver la mémoire de son peuple.

Ce site fait partie de l'outil Encodage.