Article d'une publication

Écrire la ville-mère

François Ouellet
couverture
Article paru dans Écrire la ville, sous la responsabilité de Bertrand Gervais et Christina Horvath (2005)

On connaît bien les réflexions théoriques de Gilles Marcotte sur la ville, alors que ses romans, dans lesquels la ville joue pourtant un rôle structurant, restent moins connus. Dans Retour à Coolbrook (Flammarion, 1965), les villes habitées par le narrateur sont des lieux d’expériences amoureuses opposées. Structurante, la «ville-femme» acquiert une configuration personnelle qui paraît liée au parcours symbolique du narrateur en quête d’identité. Il s’agira d’étudier ici, avec une perspective de psychanalyse littéraire, la représentation de la ville dans les romans de Marcotte, tout en les mettant en rapport avec le discours critique de l’auteur dans Écrire à Montréal (Boréal, 1997).

Ce site fait partie de l'outil Encodage.