Article d'une publication

Introduction. Ciel, mon Darwin!

Jean-François Chassay
Daniel Grenier
William S. Messier
couverture
Article paru dans Les voies de l’évolution. De la pertinence du darwinisme en littérature, sous la responsabilité de Jean-François Chassay, Daniel Grenier et William S. Messier (2013)

De toutes les figures marquantes du monde scientifique en Occident, Charles Darwin est une des plus effacée. C’est pourtant celle qui aura été la plus investie par les écrivains, si on excepte Albert Einstein. On comprendra que ce phénomène tient moins à sa vie, fort casanière sauf pour les cinq années de son voyage sur le Beagle, qu’à ses théories.

De toutes les figures marquantes du monde scientifique en Occident, Charles Darwin est une des plus effacée. C’est pourtant celle qui aura été la plus investie par les écrivains, si on excepte Albert Einstein. On comprendra que ce phénomène tient moins à sa vie, fort casanière sauf pour les cinq années de son voyage sur le Beagle, qu’à ses théories. La parution de De l’origine des espèces en 1859 sera, pour reprendre dans un autre contexte l’expression de Stendhal, un coup de pistolet dans un concert. Avant Darwin, des travaux en géologie, en histoire naturelle, en paléontologie, avaient déjà ébranlé le modèle fixiste propre au discours religieux, selon lequel les espèces étaient toutes apparues une fois, n’avaient jamais été modifiées, et ne le seraient pas tant que la Terre existerait. Lamarck, Cuvier, Hutton, Lyell, pour ne nommer que les plus connus, avaient participé à cette remise en question, dont l’impact restait pourtant timide dans le discours social au cours de la première moitié du XIXe siècle. Le livre de Darwin aura plongé le monde du vivant dans l’Histoire.

Document(s) liés:
Ce site fait partie de l'outil Encodage.