Article d'une publication

Fragmentation de la ville et du personnage dans le roman francophone d’Afrique. Le cas de «Tous les chemins mènent à l’Autre» de Janis Otsiemi

Sylvère Mbondobari
couverture
Article paru dans Écrire la ville, sous la responsabilité de Bertrand Gervais et Christina Horvath (2005)

Dans ce roman, Otsiémi entreprend de montrer la dimension psychologique des bouleversements sociopolitiques en Afrique. Plongeant le lecteur dans le subconscient de Loye, un jeune habitant de Libreville, il présente un environnement urbain qui étouffe, écrase et broie l’individu. L’univers décrit symbolise l’exclusion, la privation des mouvements, l’occultation de l’avenir et l’étouffement des esprits. Cette idée, fondamentale, est illustrée par des métaphores et comparaisons variées. Étudiant la fuite du personnage vers un ailleurs mental représentant la liberté, je me propose de tirer du texte même les éléments d’une interprétation, afin de définir le projet romanesque de l’auteur.

Ce site fait partie de l'outil Encodage.