Journée d'étude
Université Concordia

Imaginaires de la traduction. Réflexions autour des travaux de Sherry Simon et Judith Woodsworth

Vendredi 1 Avril 2022
Organisateur(s):

 

Présentation de la journée d'étude

Organisée par Sophie Marcotte (U. Concordia), la journée d’étude «Imaginaires de la traduction. Réflexions autour des travaux de Sherry Simon et Judith Woodsworth» s'est déroulée le vendredi 1er avril 2022, à l'Université Concordia et par visioconférence sur la plateforme Zoom. 

La journée d’étude «Imaginaires de la traduction» se veut un hommage aux travaux de recherche de deux collègues du Département d’études françaises de l’Université Concordia, Sherry Simon et Judith Woodsworth, qui partiront à la retraite le 1er juin 2022. Les présentations portent sur des sujets liés aux travaux de Sherry et Judith, que ce soit par l’objet, la problématique, ou encore par les perspectives que ceux-ci ouvrent sur les études culturelles et traductologiques pour l’avenir.

 

Programme de la journée d'étude

Cliquez sur le titre d'une présentation pour accéder à l'archive vidéo.

 

Conférence d'honneur

 

Première séance - Autour des travaux de Sherry Simon

 

Deuxième séance - Autour des travaux de Judith Woodsworth

 

Table ronde

 

Troisième séance

 

Organisation de la journée d'étude

Sophie Marcotte est chercheure régulière à FIGURA, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire, et directrice de l’antenne FIGURA-NT2 Concordia depuis juin 2018. Outre ses travaux sur les archives et les manuscrits d’écrivains et sur l’édition électronique (HyperRoy, manuscrits et inédits dans les archives de Gabrielle Roy), elle s’intéresse depuis quelques années aux liens entre littérature et technologies et à l’étude de la présence et de l’influence du numérique dans le roman contemporain.

Fichier attachéTaille
PDF icon Programme13.05 Mo
Pour citer ce document:
Marcotte, Sophie, (org.). 2022. Imaginaires de la traduction. Réflexions autour des travaux de Sherry Simon et Judith Woodsworth. Journée d’étude organisée par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université Concordia, 1 avril 2022. Documents vidéo. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <https://oic.uqam.ca/fr/evenements/imaginaires-de-la-traduction-reflexions-autour-des-travaux-de-sherry-simon-et-judith>. Consulté le 9 décembre 2022.

Judith Woodsworth: les distances habitées de la traduction

À partir de la parenté entre les notions de «distance habitée» et d'«univers interstitiel» développées par François Paré dans son essai «La distance habitée» et celle de «translational space» développée par Judith Woodsworth dans l'ouvrage «Translation and the Global City» qu'elle a dirigé, Pierre Nepveu offre une réflexion sur l'oeuvre de cette dernière.

Des similitudes différenciées, de Zloczow à Kamloops, via Lipton

«D'où vient ma grand-mère? Jusqu'à récemment, de la Galicie. Une province polonaise qui faisait partie de l'empire austro-hongrois où elle est née était tout ce que je savais.» En novembre 2020, Robert Schwartzwald reçoit un texto de son cousin dans lequel il lui partage des documents familiaux, dont l'acte de naissance de leur grand-mère. Robert Schwartzwald partage aujourd'hui une partie de l'expérience de recherche qui s'en est suivie et les réflexions qui en découlent.

«To seek entry into other worlds is to risk seeing your own transformed»: sites de traduction et littératures minoritaires au Canada

Catherine Leclerc mobilise un concept récent, celui de site de traduction, et le ramène sur une scène moins littérale, mais plus littéralement traductionnelle. D'abord, à partir d'un roman franco-ontarien publié en 1990 et retraduit en français pour le Québec. Ensuite, d'un album récent en anishinabemowin de Samian. Dans les deux cas, le texte initiale et sa traduction occupent des espaces proches, entrelacés et difficiles à départager, des espaces qui donnent lieu à ce que Sherry Simon dans «Le trafic des langues» décrivait comme des traductions inachevées.

Sous le regard de «L'Aigle»: la presse yiddish de Montréal observe le Canada français des années 1930

Pierre Anctil s’intéresse à la littérature juive de Montréal à l’époque durant laquelle le yiddish était la langue littéraire dominante au sein de la communauté. À partir de sa lecture des publications du Journal yiddish de Montréal, s’étalant sur près de soixante ans, Pierre Anctil s’interroge: quelles étaient les perceptions identitaires des immigrants de la période la Grande migration et comment se sont-ils insérés dans un Montréal à majorité francophone?