Université du Québec à Montréal

Ensauvagement du personnage et écriture ensauvagée

Cnockaert, Véronique
L'hypothèse de ce groupe de recherche est que les personnages ensauvagés sont la fixation symbolique d'un jeu d'ensauvagement social, historique, mais aussi esthétique dont il s’agit pour nous de cerner les enjeux.
Pour citer ce document:
Cnockaert, Véronique. 2017. Ensauvagement du personnage et écriture ensauvagée. Carnet de recherche. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <https://oic.uqam.ca/fr/carnets/ensauvagement-du-personnage-et-ecriture-ensauvagee>. Consulté le 5 décembre 2022.

Le destin sacrificiel de Pinocchio: entre corporéité et loi sociale

De nombreux ethnologues ont aperçu, depuis quelques décennies, que les contes pavaient un chemin privilégié vers la compréhension d’une société donnée: porteurs d’une «double fonction, qui est, d’une part, de représenter les termes et les conditions de l’existence sociale, et, de l’autre, de les maintenir tels» (Fabre-Vassas et Fabre, 30), à travers cette forme narrative, il est donné à entendre «tous les bienfaits que l’on retire à suivre ce que les rites édictent» (Idem). Pourtant, la lecture de ces ethnographies ne va pas de soi, car entre le lecteur et le texte, il s’est déposé les sédiments du temps. Effectivement, dans Les Aventures de Pinocchio, qu’est-ce à dire que Collodi mette en scène l’immolation, l’humiliation, le vol, l’égorgement et la pendaison subséquentes de son fameux pantin?

Une esthétique de l'ensauvagement, ou les vertus transmissives de la contamination

On ne peut que ressentir un profond malaise à la lecture de La petite fille qui aimait trop les allumettes, le roman le plus populaire de Gaétan Soucy, qui a d’ailleurs donné lieu à des critiques aussi passionnées que mitigées.

L'ensauvagement manqué de l'enfant chargé de songes

Pourquoi l’ensauvagement tant désiré n’est-il pas opérant, qu’est-ce qui l’empêche, et qu’est-ce que ce texte nous apprend des conditions favorables et nécessaires à l’épreuve véritable du seuil et de son passage? Il apparaît que ces personnages, et surtout celui de Julien sur qui nous choisissons de nous centrer, tout en passant à côté d’une authentique expérience de leur liberté, ont quelque chose à nous dire sur la nature des frontières où ils demeurent et sur les possibilités de leur franchissement.

«Au Bonheur des Dames» ou l'histoire d'un ensauvagement capitaliste

Au fil de ces pages, nous tenterons de montrer comment le grand magasin du roman perturbe les coutumes liées au commerce, opérant un ensauvagement qui dépasse la simple vente, mais provoque une nouvelle manière de vivre dans le renouvellement constant de son apparence, changeant aussi les habitudes de travail radicalement.

Initiations, érotique et artistique, dans «Combray» de Marcel Proust

Dans le roman «Du côté de chez Swann» de Marcel Proust, le père du narrateur est passionné de barométrie: «Il n’y a rien de plus intéressant!» (CS, 198). Pour risquer une hypothèse, il ferait la «pluie et le beau temps» dans sa petite famille, en vacances dans la ville de Combray. On pourrait donc avancer que le père tient le haut du pavé de cette structure familiale. Pour Victor Turner, anthropologue, la structure sociale se caractérise par une toile de relations définies par leur différenciation hiérarchisée. Pourtant, l’ouvrage de Jean de Grandsaigne, L’espace combraysien, qui analyse l’énonciation de la première partie du roman, met à mal l’hypothèse hiérarchique. Le critique charge le romancier envisagé dans Le Temps retrouvé de faire déchoir rétrospectivement de son piédestal, dans «Combray» déjà, l’entourage de son enfance, le panthéon tutélaire qui le veillait.

Bérénice Einberg: Les foyers de son ensauvagement

L’œuvre de Réjean Ducharme renferme une voix unique et toute puissante, celle de Bérénice Einberg, qui, par la mise en récit de sa propre histoire, arrive à se remettre au monde. Le discours de la narratrice est donc imprégné par sa subjectivité, son imaginaire, par ses rêves et les conceptions qu’elle se fait du monde. Sans cesse, elle nous fait vaciller entre le réel et l’imaginé, entre la subjectivité de son être et l’objectivité des faits.

Édouard Louis, «En finir avec Eddy Bellegueule»: une littérature ensauvagée de l’exclusion

En finir avec Eddy Bellegueule est un roman autofictionnel ancré dans une société prolétarienne violente, cloisonnée par des valeurs masculines exacerbées, hermétique à la différence et aux possibilités de changements. L’auteur y narre sa stigmatisation en tant qu’homosexuel et son combat non pas pour s’imposer, mais pour intégrer cette société dont les valeurs sont inverses aux siennes.

Écriture(s) / Griffure(s)

Dans le cadre du séminaire de Véronique Cnockaert «Ensauvagement du personnage et écriture ensauvagée», Jean-Marie Privat a donné, le 22 février 2017 à l'Université du Québec à Montréal, une conférence sur le thème «Écriture(s)/ Griffure(s)». La conférence s'est déroulée en trois temps. Tout d'abord, il fut question du Le petit chaperon rouge de Charles Perrault. Puis, Jean-Marie Privat a abordé la présence et l'usage des parenthèses comme griffures dans le roman de Flaubert, Madame Bovary. Finalement, la rencontre s'est terminée sur l'analyse de La Vague de Gustave Courbet.

Ensauvagement du personnage et écriture ensauvagée

Si les figures du sauvage et ses métamorphoses ont nourri nombres de fictions littéraires, force est d’admettre qu’à chaque époque correspond une figure particulière. Aussi le «vrai» sauvage est-il une construction culturelle toujours datée, néanmoins toutes ces représentations se fondent sur un système d’oppositions (nature/culture; civilisé/barbare; autochtone/étranger; bien/mal; etc.).