Table ronde
Université du Québec à Montréal

Le présent du futur

Dans le cadre de:
Vendredi 20 Décembre 2019

Présentation de la séance du séminaire

Le vendredi 20 décembre 2019 a eu lieu une séance du CRIST intitulée Le présent du futur.

Cette séance a accueilli Elaine Després (Figura-UQAM), pour une présentation intitulée «"Le temps présent est gros de l'avenir...": typologie des imaginaires du futur» et Gina Cortopassi (UQAM) pour une présentation intitulée «Voyages quantiques sur le Web: trauma et reterritorialisation dans l'oeuvre afro-diasporique Blackwomxntemporal.net».

 

Programme de la séance

Cliquez sur un titre pour accéder à l'archive de la présentation.

 

Elaine Després (Figura-UQAM)

 

Gina Cortopassi (UQAM)

Pour citer ce document:
Després, Elaine et Gina Cortopassi, (org.). 2019. Le présent du futur. Table ronde organisée par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université du Québec à Montréal, 20 décembre 2019. Documents audio. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <https://oic.uqam.ca/fr/evenements/le-present-du-futur>. Consulté le 27 janvier 2023.

Voyages quantiques sur le Web: trauma et reterritorialisation dans l'oeuvre afro-diasporique «Blackwomxntemporal.net»

Gina Cortopassi présente une version abrégée de son plus récent chapitre de thèse ainsi qu'un préambule posant les bases de sa réfléxion et de son hypothèse de recherche. Se spécialisant dans l'analyse d'oeuvres d'art hypermédiatiques, c'est-à-dire «des oeuvres d'art créées pour et avec les outils du web», la thèse de la participante se concentre sur la notion de reterritorialisation dans trois oeuvres non-occidentales en Amérique du Nord dont Blackwomxntemporal.net, du collectif afro-américain Black Quantum Futurism, qu'elle nous présente aujourd'hui.

«Le temps présent est gros de l'avenir...»: typologie des imaginaires du futur

«La science-fiction ne connaît pas l'avenir. La science-fiction ne prétend pas prédir l'avenir, elle n'a que des prétentions littéraires ou cinématographiques. Dans une perspective sociocritique, cela signifie qu'elle fait partie prenante d'un imaginaire social spécifique ancré dans le présent et que sa façon de représenter l'avenir en est un élément central. Fredric Jameson explique que toutes les utopies futuristes tentent de régler un dilemme spécifique, un problème social fondamental qui apparaît comme la source de tous les problèmes du présent.