Colloque
Université du Québec à Montréal

Les iconothèques d'écrivain·e·s contemporain·e·s (1980 - aujourd'hui)

Jeudi 7 Avril 2022 - Vendredi 8 Avril 2022

Présentation du colloque

Le colloque conjoint HANDLING-ALN|NT2 «Les iconothèques d'écrivain·e·s contemporain·e·s (1980-aujourd'hui)», co-organisé par Bertrand Gervais, Corentin Lahouste, Alexandra L. Martin et Anne Reverseau a eu lieu les 7 et 8 avril 2022 à l'Université du Québec à Montréal.

Troisième volet d’un cycle de conférences entamé en janvier 2021, le colloque a pour objectif d’interroger la notion d’iconothèque d’écrivain·e à l’époque contemporaine, en lien avec les contextes historiques, sociaux et culturels. La question du geste de collecte d'images, notamment numériques, sera en premier lieu soulevée, mise en lien avec des pratiques de stockage et d’exposition innovantes en regard des siècles passés. Mais l’on se demandera également: quel rôle l’espace physique et la matérialité de l’image jouent-ils dans le quotidien d’un·e écrivain·e du XXIème siècle et quels sont les modes de dissémination de leur contenu? De même, alors que l'intérêt des chercheur·e·s et du public pour les pratiques intermédiales et interartiales est au plus haut, quelles peuvent être les fonctions ainsi que la portée des iconothèques dans et pour la création littéraire? En outre, et en lien avec la démultiplication de pratiques littéraires hétérogènes empruntant de multiples formes et supports, comment le concept d’iconothèque se voit-il déployé au XXIe siècle, dans un monde d’écrans et de réseaux?

Cet événement est organisé dans le cadre du programme de recherche HANDLING (projet ERC - bourse n°804259), avec l’aide de l’Institut INCAL de l’UCLouvain, et en partenariat avec la Chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques (ALN/NT2).
 

Programme du colloque

Cliquez sur le titre d'une communication pour accéder à son archive audio/vidéo.

 

Introduction

 

Séance — L'iconothèque et ses diffractions poétiques multimédiatiques

 

Séance — Portées sociétales de l'iconothèque au XXIe s.

 

Séance — L'œuvre-iconothèque - potentialités (du) numérique(s)

 

Conférence

suivi de la présentation et du lancement de l’exposition Bureaux-écrans d’écrivain·e·s. Coulisses numériques de la création par Corentin Lahouste, Anne Reverseau et Lisa Tronca. [vidéo]

 

Séance — De l'iconothèque à l'œuvre

 

Table ronde — Paroles d'auteur·e·s: les iconothèques par celleux qui les font

  • Avec Pierre Ménard (FR) - Michaël Trahan (QC) -Valérie Cordy (BE), animation par Bertrand Gervais

 

Discussion générale conclusive menée par Anne Reverseau et Jessica Desclaux

 

Organisation du colloque

Bertrand Gervais est le titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques ALN et le directeur du Laboratoire de recherche sur les oeuvres hypermédiatiques NT2. Il est chercheur régulier de FIGURA, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire et il fait partie du programme de recherche interdisciplinaire RADICAL (Repères pour une articulation des dimensions culturelles, artistiques et littéraires de l'imaginaire contemporain). Il est également professeur titulaire et enseigne au Département d'études littéraires de l'Université du Québec à Montréal. Bertrand Gervais est aussi le fondateur de Figura, le centre de recherche sur le texte et l’imaginaires.

Corentin Lahouste est chercheur postdoctoral à l’UCLouvain et, dès l’automne prochain, il le sera à l’Université Laval, aux côtés du professeur René Audet. Sa thèse, soutenue en mars 2019, a donné lieu à l’ouvrage Écritures du déchainement paru chez Classiques Garnier en aout 2021. Il est actuellement associé au programme de recherches HANDLING (ERC) porté par la professeure Anne Reverseau et est aussi un membre actif de l’équipe du projet Littératures modes d’emploi, réseau de «recherches appliquées» international, pionnier en matière d’étude des expositions de la littérature et du livre.

Alexandra L Martin est une chercheuse et doctorante spécialisée dans les arts littéraires numériques, vivant et travaillant sur le territoire non-cédé de Tiohtià:ke. Elle a travaillé en installation d’expositions numériques. Depuis son arrivée en 2019 au Laboratoire NT2 à l’UQÀM, elle collabore en tant que commissaire, notamment sur l’exposition S’éclipser | Phases of Resilience (2020) pour le festival HTMlles organisé par Ada X, ainsi que Trans[création]. Ses recherches s’articulent autour des réseaux numériques et organiques de communautés et la question de la mémoire communautaire. Dans ses activités commissariales autant qu’en recherche, Alexandra emploie une approche écocritique, privilégiant le processus expérientiel de la lecture ou de la consommation d’art numérique et le pouvoir transformateur de ce processus dans les espaces physiques et numériques.

Anne Reverseau est Professeure de Littérature française à l’Université de Louvain et chercheuse qualifiée au FNRS (Fonds National pour la Recherche scientifique) en Belgique. Elle est spécialiste des modernités poétiques et des rapports entre littérature et photographie. Outre une monographie tirée de sa thèse, Le Sens de la vue. Le regard photographique de la poésie moderne (Sorbonne Université Presses, 2018), elle a publié de nombreux ouvrages collectifs portant sur le portrait photographique d’écrivain, l’esthétique documentaire dans l’entre-deux-guerres ou encore les livres illustrés que sont les portraits de villes et de pays (avec David Martens). Elle a également dirigé, avec Nadja Cohen, Petit musée d’histoire littéraire (Impressions nouvelles, 2015) et le numéro de Fabula LHT «un je-ne-sais-quoi de poétique» (2017). Lauréate d’une bourse ERC (Starting Grant 2018), elle dirige aujourd’hui le programme de recherche HANDLING sur la manipulation des images par les écrivains (2019-2024).

Pour citer ce document:
Gervais, Bertrand, Corentin Lahouste, Alexandra Martin et Anne Reverseau, (org.). 2022. Les iconothèques d'écrivain·e·s contemporain·e·s (1980 - aujourd'hui). Colloque organisé par Chaire de recherche du Canada sur les arts et les littératures numériques ALN|NT2 / HANDLING. Montréal, Université du Québec à Montréal, 7 et 8 avril 2022. Documents vidéo. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <https://oic.uqam.ca/fr/evenements/les-iconotheques-decrivain-e-s-contemporain-e-s-1980-aujourdhui>. Consulté le 4 décembre 2022.

Iconothèques et processus créatif: collecte, agencement et manipulation des images, la construction poétique à l'œuvre chez Tony Harrison

Lucie Houdu s'intéresse au poète britannique contemporain Tony Harrison, qui se distingue par le caractère hybride de son travail, une création foisonnante et multiple qui se veut toute entière oeuvre de poésie.

Les bureaux-écrans des écrivain·e·s contemporain·e·s. Retour sur une enquête exploratoire

Le bureau d’ordinateur est assurément l’un des lieux virtuels que l’on fréquente le plus de nos jours. Des millions d’individus sont amenés à le traverser quotidiennement. Aussi, qu’en est-il, pour l’écrivain·e du XXIe s., de ce milieu particulier qui vient prolonger la surface de travail du meuble-bureau, en en démultipliant les possibilités spatiales et de connectivité? Suivant quelles modalités le bureau-écran perpétue-il ou déplace-il les usages les plus matériels du meuble-bureau traditionnel, entre autres en termes de rapport entre écriture et registre visuel?

Jeux d'images: dispositifs et enquêtes dans les pratiques poétiques contemporaines

Jeff Barda et Philippe Charron s'interrogent sur le statut de l'image dans les pratiques poétiques contemporaines, sur la question du dispositif de l'enquête et sur la manière dont les poètes travaillent à partir d'images, les déplacent, les reconfigurent dans les textes ou les objets poétiques complexes, hybrides ou spécifiques. Les participants réfléchissent à la question de l'usage et de l'écosystème.

A, B, C de l'iconothèque contemporaine

En guise d’introduction au colloque, Bertrand Gervais, Corentin Lahouste et Anne Reverseau ont prononcé une communication dans laquelle ils se penchent sur les enjeux de définition rencontrés en janvier et septembre 2021 lors des deux précédentes rencontres qui constituent, avec le présent événement, un cycle d’activités de recherche sur la notion d’iconothèque.