Journée d'étude
Université du Québec à Montréal

Les styles aberrants de Columbo

Vendredi 13 Novembre 2020

 

Présentation de la journée d'étude

Œuvre culte du premier âge d'or des séries télévisuelles, Columbo (W. Link et R. Levinson, 1971-8/1989-2003) prit délibérément le contrepied des principaux codes des fictions policières qui envahirent les petits écrans de la Guerre Froide. Contre le modèle hégémonique du «whodunit», elle paracheva la structure ironique de l'intrigue inversée (le lecteur connaît d'emblée le récit du crime, l'intérêt du récit d'enquête se déplaçant sur le comment de la reconstitution établie par l'enquête). Inaugurée par la série John Thorndyke d'Austin Freeman, cette variante subtile de la macrostructure policière permit de libérer la machinerie herméneutique du paradigme indiciaire étudié jadis par le sémiologue italien Carlo Ginzburg. Affranchie du jeu de pistes traditionnel axé sur le dévoilement du récit caché qu'il guette, le récit d'enquête concentre désormais en lui-même les effets de suspense, dans l'attente du dernier détail fatal qui permette la parfaite démonstration du sémiologue sauvage qu'est, nouveau Diogène, le vieux lieutenant à l'imperméable fripé. 


Cette journée d'études propose d'entamer une réflexion collective sur les multiples aspects de cette série bien-aimée dans une journée d'études interdisciplinaire, la toute première à lui être consacrée.

 

Programme de la journée d'étude

Cliquez sur le titre d'une présentation pour accéder à l'archive vidéo.
 

 

Pour citer ce document:
Leiva, Antonio Dominguez, Sylvano Santini, Christian Chelebourg, Caroline Barbier de Reulle et Sébastien Hubier, (org.). 2020. Les styles aberrants de Columbo. Journée d’étude organisée par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. En ligne, 13 novembre 2020. Document vidéo. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <https://oic.uqam.ca/fr/evenements/les-styles-aberrants-de-columbo>. Consulté le 2 décembre 2022.

Les musiques diégétiques dans Columbo: humour, indices et concertos

Caroline Barbier de Reulle s’intéresse aux musiques diégétiques, entendues ou jouées par Columbo, dans la célèbre télésérie. La présentation se divise en trois parties : d’abord, une identification des musiques qu’on peut qualifier d’aberrantes ; puis, une réflexion sur la symbolique des titres choisis ; finalement, une étude des utilisations particulières des performances musicales de Columbo.

The ABC murders

«Onze ans après avoir quitté l'antenne de NBC, Columbo débarque sur ABC le 6 février 1989. À sa première apparition sur le nouveau network, dans un décor urbain nocturne et enfumé, il prend des airs de privé parodique lorsqu'il allume un cigare au volant de sa 403. Les fans n'ont pas manqué de souligner ce que cette entrée en scène a d'artificiel. Le site columbophile.com déplore un plan visiblement filmé en studio et conclut à un tournage au rabais.

Gestes et style pragmatique de Columbo

«L’originalité de la série Columbo, qui brise la structure narrative de la série policière tenant sur le "whodunit", a sans aucun doute assuré sa postérité. Tout comme l’ont fait sa vieille Peugeot, son trench-coat, son amour du chili con carne et, bien entendu, son expression favorite "Just one more thing", dans lesquels on peut reconnaître ce qui est possible d’appeler les styles aberrants du détective. Ces styles sont, selon Deuleuze, des mouvements qui laissent dans la stupéfaction.

La formule Columbo

«On peut dire d’emblée que la principale caractéristique -et le succès planétaire et intergénérationnel- de la ''formule Columbo'' tient à la rencontre entre un procédé, l’énigme policière inversée, une mythologie, qu’on peut résumer comme celle de l’underground genius, et une idéologie, la tension entre les classes sous-tendant l’American Dream.» Antonio Dominguez Leiva étudie cette fameuse formule depuis ses orginies littéraires et hitchcockiennes jusqu'à son déploiement dans la série télévisuelle.