jeunesse

Une vie de jeune homme: la satire du Calicot

«Ma communication s'inscrit au début du XIXe siècle, en France, dans le contexte des transformations sociales, économiques et industrielles qui surviennent au terme des guerres révolutionnaires et napoléoniennes. Dans cette période trouble et transitoire des premières années de la Restauration, une jeunesse anxieuse cherche à s'affirmer face à la gérontocratie en place. Cette génération, née en pleine tourmente révolutionnaire, arrive à l'orée de l'âge adulte avec l'effondrement de l'Empire et le retour de la monarchie.

Conférence

Université du Québec à Montréal

«Jeunes hommes» croqués de Daumier à Gavarni: charges comiques, types sociologiques ou creusets narratifs?

Thérenty, Marie-Ève
Thérenty se penche sur la représentation du jeune homme dans les caricatures de Daumier et Gavari, en plus de soulever la logique transmédiatique de cette figure qui est représentée dans divers médias: les caricatures, leurs légendes ainsi que les romans de l'époque.

Martine, une aventurière du quotidien

Vendredi 11 Juin 2021
Entretiens Pop-en-stock
Participant·e·s:
Dominguez Leiva, Antonio
Boudart, Laurence

Dans cet épisode, Antonio Dominguez Leiva s'entretient avec la chercheure belge Laurence Boudart à propos de son plus récent ouvrage: Martine, une aventurière du quotidien, publié en mars 2021 dans la collection "La Fabrique des héros" aux éditions Les Impressions nouvelles. Ils abordent la naissance de Martine en tant qu'héroïne sans quête et sans péripéties en plein cœur des Trentes glorieuses et son évolution au fil des décennies. Pour plus d'information sur l'ouvrage, consultez le site officiel de l'éditeur.

Les lecteurs orphelins: paternité, littérature et identité virile dans «La Confession d'un enfant du siècle» et «Louis Lambert»

«Dans le cadre de ma communication, je me pencherai sur Louis Lambert de Balzac, paru en 1832, et sur La Confession d'un enfant du siècle, paru en 1836.

J'ai choisi la figure du lecteur orphelin parce que je crois -et ces deux œuvres le démontrent bien- que les lecteurs orphelins éprouvent directement la question de la virilité. J'aimerais montrer comment ces œuvres se prononcent sur le caractère proprement narratif du mythe de la virilité.»

J. W. von Goethe et la malédiction du désir

«Je vais essentiellement vous parler d'un épisode qui est raconté dans Poésie et Vérité, les mémoires de Goethe. Dans ces mémoires -avant l'épisode dont je vais parler- dans les souvenirs d'enfance de Goethe, on retrouve le souvenir d'un rêve d'enfant qui ouvre un conte pour jeunes garçons que Goethe intitule Le Nouveau Pâris. C'est un conte qui s'inscrit après coup dans la lignée des contes de Goethe dont La Nouvelle Mélusine, un autre conte que Goethe a imaginé plus tard à la suite de ses aventures amoureuses avec Frédérique Brion.

L’ours dans les contes

Dans un premier temps, nous observerons les représentations de l’ours, animal bien de chez nous, dans les contes québécois et amérindiens, tant de tradition orale que littéraire. À travers une sélection de textes, nous présenterons cet animal avec lequel l’humain entretien un rapport amour/haine. Bête sauvage à la morphologie impressionnante, l’ours effraie et fascine à la fois. Dans les contes, l’ours peut devenir un héros réaliste, sacré, merveilleux, mythique, anthropomorphisé à divers degrés… selon les cultures et les époques.

La virilité vaincue ou coupable? Rite de passage et mise en procès du jeune homme dans «Les Natchez» de Chateaubriand

Je me propose d’étudier ici la mise en procès du jeune homme dans Les Natchez de Chateaubriand. Dans le cadre d’une réflexion globale et collective sur la notion de virilité, nous avons étudié les différentes représentations de la figure du jeune homme dans la littérature et le cinéma, en posant la question: comment a été représenté le passage du statut de jeune homme à celui d’homme accompli? Quels sont les traits significatifs qui caractérisent un homme viril et surtout: ces caractéristiques sont-elles forgées par la littérature, redites par la littérature ou déconstruites par la littérature? La fiction littéraire met en scène, questionne, voire renverse les archétypes de la virilité. De très nombreux récits de fiction sont centrés sur un personnage principal, un jeune homme qui va devoir, par ses exploits, assumer un destin et ainsi accéder au statut d’homme.

Entre défaite et triomphe. Le vicomte de Brassard comme avatar littéraire de la virilité

Ce qui étonne dans cette conception de l’évolution des courants littéraires au XIXe siècle, c’est moins la discréditation d’une forme poétique jugée comme «dépassée» que l’apparition d’une valorisation esthétique qui passe par une notion tout autre que littéraire, soit par la virilité. Louis Veuillot, dans sa définition de la virilité tirée du Grand dictionnaire universel du XIXème siècle, fait part des mêmes étranges rapprochements: «Le poète n’arrive pas à la VIRILITÉ intellectuelle; il est vain, capricieux, poltron, comme l’enfant ou comme la femme.» (1866-1877: 1106) Pourquoi les poètes et les écrivains du XIXe siècle sont-ils ici évalués selon la «virilité» de leur approche, et non pas selon des critères esthétiques ou formels? Que signifient ces étranges rapprochements dans les esprits?
S'abonner à RSS - jeunesse