disparition

Conférence

Université Concordia

Langage de la colonisation

Giroux, Dalie
Morisset, Jean
Ce deuxième atelier du chantier de recherche «Traduire les humanités» a pour but de travailler sur une hypothèse de Jean Morisset selon laquelle l'État colonial canadien se pense d'abord en anglais, jamais en français ni dans les langues autochtones.
Conférence

Université du Québec à Montréal

Désirs de disparaître. Une traversée du roman français contemporain

Rabaté, Dominique
«Qui dira la joie qu’on éprouve à disparaître, à faire faux bond, à se soustraire, à tout laisser derrière soi, et à se fondre dans le paysage? Ces lignes de Christian Garcin dans Selon Vincent disent bien la force d’attraction impérieuse et romanesque d’un désir de disparaître.»
Conférence

Université du Québec à Montréal

Une littérature Antigone: écrire pour enterrer ses morts

Watthee-Delmotte, Myriam
Au fondement anthropologique, l’homme est le seul être vivant qui enterre ses morts. Au fondement de toutes les cultures, la littérature participe aux rites funéraires et à l’élaboration du deuil. Quelles spécificités le monde actuel présente-t-il à cet égard?

The X-Files, histoires sans fin de Frédéric Gai

Vendredi 8 Octobre 2021
Entretiens Pop-en-stock
Participant·e·s:
Dominguez Leiva, Antonio
Gai, Frédéric

Cette semaine, Antonio Dominguez Leiva s’entretient avec Frédéric Gai à propos de son plus récent ouvrage, The X-Files, Histoires sans fin, publié aux Presses universitaires François-Rabelais, dans la collection «Sérial». Apparu pour la première fois sur la Fox en 1993, The X-Files va profondément changer l’univers télévisuel. Rénovant le récit fantastique et policier, le programme imaginé par Chris Carter ouvre une nouvelle ère en questionnant le mode d’existence du format sériel et en faisant interagir toutes les fins qu’elle ne cesse d’annoncer: de soi, d’une ère, du monde.

Effacement et répétition. Dynamique de l’oubli dans «Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle)» d’Arnaud Desplechin

Alban Pichon propose une analyse du film Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) (Arnaud Desplechin, 1996) et des formes qu’y prend le travail de l’amnésie. La mise en scène de l’oubli s’inscrit dans une préoccupation, narrative et formelle, de la filmographie de Desplechin qui s’attache à filmer disparitions et retours.

L’encre sur le silence. Les objets de la mémoire et les images de l’oubli dans «Heimat, loin de mon pays» et «L’amour ferme les yeux»

Si, comme le dit Lukács, toute forme artistique est la résolution d’une «dissonance existentielle» que l’artiste tente d’exorciser dans l’acte créateur, écrire sur l’Holocauste est un véritable défi à l’irreprésentable qui –pour être mis en œuvre– a besoin d’une forme qui utilise tous les langages capables d’investiguer le spectre implacable d’un traumatisme qui n’a jamais cessé d’agir sur notre présent et qui continue de faire partie des thèmes abordés par la littérature, en particulier dans le cas des littératures dessinées.

Lauric Guillaud

Vendredi 28 Mai 2021
Entretiens Pop-en-stock
Participant·e·s:
Dominguez Leiva, Antonio
Guillaud, Lauric

Dans cet épisode, Antonio Dominguez Leiva s’entretient avec Lauric Guillaud, grand spécialiste des mondes perdus. Revenant sur sa carrière de chercheur, il évoque ses travaux sur les récits de la Terre creuse, les continents perdus, l’Atlantide, King Kong, le pseudo-ésotérisme nazi, les grands mythes qui font sans cesse retour, Lovecraft, le wilderness et la popularité constante du gothique américain.

S'abonner à RSS - disparition