Les migrations interdiscursives

Mercredi 1 Décembre 2021

Le Cahier ReMix n°16, Les migrations interdiscursives: Penser la circulation des idées, est dirigé par Marie-Pierre Krück et Savannah Kocevar. Découvrez-y les contributions d’Ulysse Carrière-Bouchard, Marie-Pierre Krück, Fabienne Jourdan, Roderick-Pascal Waters, Émilie Bauduin, Laurent Broche, Victor Collard, Alexandre Lansmans, Roxane Maiorana, Ratib Soujaa et Umut Ungan.

 

*  *  *  Cliquez ici pour accéder au Cahier ReMix.  *  *  *

 

Ce numéro est le fruit d’une réflexion sur la notion de migrations interdiscursives, sur le déplacement d’idées d’un discours à un autre. En effet, certaines idées, en raison de leur plasticité, se sont prêtées à des déplacements conceptuels qui permettent d’éclairer la dynamique des discours (entendus ici comme systèmes de concepts grâce auxquels on prétend exprimer et exercer un savoir à propos d'un objet réel), la façon dont ceux-ci interagissent les uns avec les autres, voire les uns contre les autres, afin de définir leur objet propre. L’idée qui passe d’un domaine discursif à un autre transporte en effet avec elle un ensemble d’associations, de connotations, d’images, de valeurs, qui vient féconder le champ d’expérience et de pensée qui se l’approprie. La notion de trace du domaine d’origine est à cet égard essentielle. Elle fait intervenir l’idée qu’il y aurait des «interférences» entre les discours alors que l’idée ou la notion qui a migré porte en elle ses significations antérieures qui sont toujours susceptibles de refaire surface à l’occasion de la nouvelle mise en discours. Il importe alors d’appréhender comment une notion ou un ensemble de notions se déterritorialise de son contexte d’origine pour se reterritorialiser dans un autre. Les contributions réfléchissent à la perméabilité des frontières qui séparent les différents domaines du savoir en pensant les champs de provenance et les champs d’appartenance d’une idée, en se demandant quand finit le transfert, quand s’achève le voyage. Par ailleurs, elles examinent ce qui permet et motive le transfert, puis analysent en retour comment cela affecte le discours d'accueil et comment cette migration est susceptible de transformer l’objet même de ce discours.