Colloque
Université du Québec à Montréal

Mise en trope: les nouvelles plasticités de la rhétorique

Jeudi 10 Mai 2018

 

Présentation du colloque

Le colloque annuel 2018 de l'AECSEL (Association étudiante des cycles supérieurs en études littéraires), intitulé Mise en trope: les nouvelles plasticités de la rhétorique, a eu lieu le jeudi 10 mai 2018 à l'Université du Québec à Montréal.

 

Programme du colloque

Cliquez sur le titre d'une communication pour accéder à l'archive.

 

Conférence d'ouverture

 

Séance - Subversion du mythe: le trope comme commentaire

 

Séance - Perspectives plastiques et iconiques du trope

 

Séance - Saturations et détournements

 

Séance - Il était une fois un trope

 

Séance - Animation et remédiation

 

Pour citer ce document:
AECSEL, (org.). 2018. Mise en trope: les nouvelles plasticités de la rhétorique. Colloque organisé par AECSEL / Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université du Québec à Montréal, 10 mai 2018. Documents audio et vidéo. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <https://oic.uqam.ca/fr/evenements/mise-en-trope-les-nouvelles-plasticites-de-la-rhetorique>. Consulté le 6 février 2023.

Le cinéma contre la narration ou comment penser une rhétorique du temps dans le cinéma d'animation de Pierre Hébert

Jordan Diaz-Brosseau analyse le cinéma de Pierre Hébert à partir de trois films issus de la première partie de l'œuvre du cinéastre, films d'animation réalisés pour l'Office national du Film du Canada dans les années 1960.

«Les trois films se ressemblent beaucoup et, si je les montre, c'est parce que cela permet de montrer qu'il y a une ligne directrice dans l'esthétique de Pierre Hébert. Cela permet aussi de montrer à quoi sert le principe de remédiation au sein de son œuvre et comment on peut voir le cinéma comme un trope dans la façon dont le cinéaste le travaille.»

Il y a quelque chose de pourri au royaume de St-Andrews: «Le Cœur a ses raisons» comme «sporting club» des tropes

«Inversement de la dynamique de saupoudrage de tropes, Le cœur à ses raisons n’effectue pas cette édulcoration des concepts comme le propose TVtropes.com mais se construit une diégèse "cohérente" en utilisant le trope comme substance même du récit. Des questions s’imposent comme: que nous reste-t-il quand le récit est composé simplement de tropes? Y a-t-il déconstruction ou plutôt célébration?