sociocritique

David Bélanger et «Le Dîner à l'anglaise» de Joseph Quesnel

Friday 4 February 2022
Entretien Encodage
Participant·e·s:
Bélanger, David
Grenier-Millette, Sarah

Dans ce premier épisode de la série «Entretien Encodage», David Bélanger revient sur sa conférence «L'Ingrat Canadien aux talens de l'esprit n'accorde jamais rien: Joseph Quesnel et l'impuissance littéraire» prononcée en janvier 2019 dans le cadre d'un séminaire mensuel du Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes.

Canular et esthétique du faux

Friday 21 January 2022
Encodage
Participant·e·s:
Cormier, Jasmin
Lavarenne, Catherine
Sauget, Stéphanie

Dans ce nouvel épisode de la série Encodage, Jasmin Cormier parle de faux vintage iPhoneographique (2016), Stéphanie Sauget nous raconte la légende du cercueil de verre (2017) et Catherine Lavarenne explique comment le canular s'invite dans la narration (2017).

Un «maudit contrat»: le mariage dans les «Lettres d’Adélaïde de Dammartin» (1766) de Marie-Jeanne Riccoboni

Florence Brassard problématise les ambiguïtés qui entourent l'institution du mariage, à la fois juridique, économique et personnelle, dans la France du 18e siècle, en particulier dans la littérature écrite par les femmes. Elle s'arrête sur les Lettres d’Adélaïde de Dammartin (1766) de Marie-Jeanne Riccoboni. Elle explique d'abord comment fonctionnaient le contrat de mariage et le droit des femmes, en particulier celui des veuves, dans la France d'ancien régime.

Théâtre féministe et sociocritique: quel dialogue possible?

Dans le cadre de ce séminaire du CRIST, intitulé «Actualités féministes», la participante aborde, d'abord, «certaines définitions de la liberté de choix» et présente celles qu'elle priorise dans le cadre de son «analyse féministe et sociocritique». Puis, elle s'attarde à «l'enjeu du travail en contexte néolibéral à partir des thèses sur la rationalité néolibérale comme la réfléchisse Pierre Dardot et Christian Laval».

«Un chant sinistre sur un air bouffon»: étude sociocritique des représentations de la fête dans trois romans de Victor Hugo

Viviane Marcotte nous plonge dans les fêtes chez Victor Hugo. Son hypothèse, qui a pour objet l'étude de certaines manifestations festives que donnent à lire trois romans de l'auteur, c'est-à-dire Notre-Dame de Paris, Les Misérables et Quatrevingt-treize, est la suivante : la fête lorsque est envisagée comme rite collectif prend en charge les différentes tensions au 19e siècle qui escorte l'évolution des statuts, le rôle du citoyen et le devenir historique des rapports entre le peuple et le pouvoir. 

Ce qu’on fait d’un cadavre quand on ne ressemble pas aux autres. Exhumation de cadavres, nécrophilie et cannibalisme

Ambrose Bierce, dans son Dictionnaire du diable, définit le cadavre ainsi: «Le cadavre, c’est le produit fini dont nous sommes la matière brute.» Dans sa communication, Jean-François Chassay problématise le cadavre à partir des textes suivants: la pièce Anéantis de Sarah Kane et Le nécrophile, court roman de Gabrielle Wittkop.

Mourir comme un chien dans les romans de Paul Auster, Milan Kundera et Jean Rolin

Élisabeth de Fontenay écrit: «C’est à l’horizon de nos pensées et de nos langues que se tient l’animal, saturé de signes. C’est à la limite de nos représentations qu’il vit et se meut, s’enfuit et nous regarde.» C’est cette saturation de signes qu’Aglaé Boivin essaie de déployer en analysant la fonction de la mort canine dans le texte chez Paul Auster, Milan Kundera et Jean Rolin.

Subscribe to RSS - sociocritique