Université McGill / Université du Québec à Montréal

Un «couple» sous tension: le romancier et le livre dans les romans de la vie littéraire

1 sur 11
Crédit:
malraux.org

Photographie d'André Malraux

[Réédition] Si le sens commun n’imagine guère d’écrivain sans livre, rien n’est moins évident dans la fiction. Ce constat, effectué à partir des recherches menées sur les romans de la vie littéraire publiés en France entre 1800 et 1940, nous a amenés à nous interroger sur cet étrange statut du livre dans les fictions. Quand et pourquoi le livre est-il montré? Quand et pourquoi ne l’est-il pas, dans un corpus où l’on s’attend pourtant à l’y trouver? Pour esquisser des réponses à ces questions, nous avons étudié les textes de Madame de Genlis, de Madame de Staël, de Balzac, de Gide et de Duhamel. Nous avons ainsi pu voir que la littérature est souvent fictionnalisée comme pure parole, sans matérialité, comme «texte» tout entier spiritualisé, manifestant ainsi une idéalisation de la présence et une hantise de la médiation; la présence du livre comme objet matériel, comme imprimé, fait au contraire surgir quantité de médiateurs, souvent chargés de négativité, parce qu’ils manifestent la dimension économique de la création littéraire.

Pour lire l'article en entier, cliquez sur l'hyperlien suivant:

https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2011-v2-n2-memoires1513107/1001761ar/

Pour citer ce document:
Brissette, Pascal et Michel Lacroix. 2011. « Un «couple» sous tension: le romancier et le livre dans les romans de la vie littéraire ». En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/remix/un-couple-sous-tension-le-romancier-et-le-livre-dans-les-romans-de-la-vie-litteraire>. Consulté le 22 mars 2019. Publication originale : (Mémoires du livre. 2011. Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. vol. 2-2).
Aires de recherche:
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Classification