Colloque

L'éternelle fuite en avant de la sainte loco

Jeudi 13 Octobre 2016, 09:45

 

Présentation de la communication

«Si l’imaginaire de l’ère glaciaire nous provient du XIXe siècle, la machine qui nous permet d’y remédier – même dans un monde futuriste – nous replonge aussi dans la révolution industrielle dont elle presque devenue la métonymie: le train.

Le train est une puissante machine narrative, mais il est aussi un espace social - un habitacle, une arche - dans lequel on vit et on survit, où on construit une nouvelle structure sociale. Le train est aussi machine, le plus souvent personnifié, il est mouvement et vitesse, en particulier dans un monde qui en est dénué, figé dans la glace. Finalement, il est réseau, puisque ses rails forment une géographie nouvelle, marquant et construisant le territoire, redessinant la carte du monde, dont les anciennes frontières et les ruines sont disparues sous la neige.

C’est à partir de ces quatre éléments que j’aborderai la question du train dans un roman graphique en quatre tomes, le Transperceneige.»

 

Archive vidéo de la communication

Auteurs et artistes référencés:
Pour citer ce document:
Després, Elaine. 2016. « L'éternelle fuite en avant de la sainte loco ». Dans le cadre de D’un imaginaire, l’autre: la machine dans tous ses états. Colloque organisé par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire/ Cecille, le Centre d’Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères de l’Université de de Lille. Montréal, Université du Québec à Montréal, 13 octobre 2016. Document vidéo. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/leternelle-fuite-en-avant-de-la-sainte-loco>. Consulté le 8 août 2020.
Aires de recherche:
Période historique:
Champs disciplinaires:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification