texte

Conférence

Université du Québec à Montréal

Qui a peur de l'imitation?

Decout, Maxime
Le 27 mars 2017, Maxime Decout a donné une conférence intitulée «Qui a peur de l'imitation?» où il a réfléchi sur les potentiels de l'imitation et a désamorcé les tabous, dans la continuité de son dernier ouvrage publié aux Éditions de Minuit en 2017.
Cahiers Figura

Université du Québec à Montréal

Les douze travaux du texte

Directeur(s):
David, Anne-Marie
Popovic, Pierre
N° de la publication:
38
La sociocritique et l'ethnocritique ont plusieurs actes en commun: penser le texte en interaction avec la semiosis sociale, lire la «mise en texte» comme lieu d'un travail sur les représentations...
Conférence

Université Concordia

Pratiques et contraintes de la traduction littéraire au Canada

Martinez, Rachel
Dans le cadre du cycle de conférences en traductologie et avec la collaboration du Département d'études françaises de l'Université Concordia, Rachel Martinez a prononcé, le 20 octobre 2015, une conférence intitulée «Pratiques et contraintes de la traduction littéraire au Canada».
Cahiers Figura

Université du Québec à Montréal

Traduire le texte érotique

Directeur(s):
Boulanger, Pier-Pascale
N° de la publication:
32
La traduction du texte érotique est une tâche ardue parce que, à cheval entre deux imaginaires culturels, elle soulève la question des valeurs morales et littéraires rattachées à la représentation du sexe.
Privat, Jean-Marie

Ethnocritique. Signes de naissance

Une hypothèse heuristique naît de/dans une configuration scientifique et culturelle qui s'inscrit elle-même dans une relative longue durée intellectuelle et politique. Ce sont quelques éléments de cette dynamique que synchronise et syncrétise à sa façon l'ethnocritique que je me propose de mettre au jour ici.
Popovic, Pierre

De Marx à Bakhtine. Ethno- et sociocriticiens, qu'est-ce qui vous fait marcher?

Dans la discussion qui suivit les communications de Marie Scarpa et de Pierre Popovic au Symposium international de sociocritique de Paris en décembre 2011, Henri Mitterand, qui présidait la séance, rappela que les conditions d'émergence de la sociocritique étaient très différents de celles de sa pratique actuelle. Sa remarque touchait -avec raison à mon sens- tous les participants de cette rencontre, puisqu'elle disait ceci: "Nous avions l'ambition de fonder une esthétique marxienne et de participer ainsi à un changement social dont le marxisme nous apparaissait comme le point de départ philosophique et politique."
S'abonner à RSS - texte