violence

Introduction [William T. Vollmann]

En 1993, dans «The Review of Contemporary Fiction», Larry McCaffery dirigeait un dossier sur les jeunes auteurs américains qu'il jugeait prometteurs. Sur la couverture, c'est le visage du jeune William T. Vollmann, alors âgé de 34 ans, que l'on remarque en premier, à gauche de Susan Daitch et de David Foster Wallace. Avec le recul, il est tout de même surprenant d'apprendre qu'à cet âge, Vollmann avait déjà publié six livres: «You Bright and Risen Angels» (1987), «The Rainbow Stories» (1989), «13 Stories and 13 Epitaphs» (1991), «Whores for Gloria» (1991), «Fathers and Crows» (1992), «An Afghanistan Picture Show: Or, How I Saved the World» (1992) et «Butterfly Stories» (1993). Si William T. Vollmann est aujourd'hui une voix importante de la littérature américaine, son œuvre demeure méconnue des lecteurs francophones. Ce premier dossier Salon double entend remédier à cette situation, en présentant cinq lectures qui éclairent les traits les plus marquants de son entreprise d'écriture.
Conférence

Université Sainte-Anne

«It would be unbearable to look at directly». Ou comment apprivoiser le pire de l'Histoire

Gervais, Bertrand
À mi-chemin entre les ruines d’Hiroshima et le Ground Zero de New York, Bertrand Gervais explore son rapport à la violence extrême, à l’imaginaire de la fin et la représentation de l’irreprésentable en littérature contemporaine.
St-Pierre, Catherine

Marguerite Duras. La redéfinition de l'amour maternel

Évènements malheureux qui au-delà du ou de la journaliste qui les rapportera, dissimulent un voix, un état d'urgence, un appel au secours jamais crié par des mères désespérées, absentes ou silencieuses. Sans chercher à comprendre les causes, il y a surtout, et avant tout, un silence, une voix qui ne peut ou ne veut se faire entendre, parce qu'à la source d'un acte inacceptable socialement. Incompréhensible surtout.
Conférence

Université du Québec à Montréal

Une littérature Antigone: écrire pour enterrer ses morts

Watthee-Delmotte, Myriam
Au fondement anthropologique, l’homme est le seul être vivant qui enterre ses morts. Au fondement de toutes les cultures, la littérature participe aux rites funéraires et à l’élaboration du deuil. Quelles spécificités le monde actuel présente-t-il à cet égard?

La femme qui hait les hommes qui n’aiment pas les femmes

Chez les «méchants» dans la trilogie «Millénium», il existe donc une nette dialectique entre l’espace public qu’ils dominent en vertu de leur capital symbolique, économique ou juridique, et l’espace privé où ils abusent de leur statut aux dépens de femmes parce qu’elles sont, justement, des femmes. Tout se passe comme si l’autorité sociale se transposait dans le privé où le pouvoir se déchaînerait. Lisbeth Salander en contrepartie incarne cet individu exclu des instances sociales officielles (de tous les points de vue) qui parvient à violer l’espace privé de ces hommes en pénétrant sur leur ordinateur et c’est seulement en renversant cet état, c’est-à-dire en les menaçant de rendre publiques ces informations par le truchement des médias, qu’elle peut accéder à la légitimité officielle.
S'abonner à RSS - violence