Publications

Articles des chercheurs

Université du Québec à Montréal

«La Cantatrice chauve»: poétique phatique de la résonance

Voyer, Kevin
La première représentation de La Cantatrice chauve d’Eugène Ionesco a marqué l’histoire du théâtre par son côté absurde et déroutant. Depuis ses débuts en 1950, cette pièce s’est élevée au rang de classique de la littérature et est devenue un véritable succès critique et populaire. Après plus de 18 000 représentations au seul Théâtre de la Huchette à Paris, cette pièce continue d’y être jouée cinq jours par semaine, sans interruption depuis 1957.
Cahiers Figura

Université du Québec à Montréal

L'idée du lieu

Directeur(s):
Chartier, Daniel
Parent, Marie
Vallières, Stéphanie
N° de la publication:
34
Le lieu, qu'il existe géographiquement ou non, est avant tout «une idée de lieu», une construction imaginaire dont les matériaux premiers sont les discours.
Articles des chercheurs

Université Paris Diderot - Paris 7

Manger l’autre pour se découvrir, chez Simone de Beauvoir et Françoise Sagan

Martin, Tiphaine
Le lien entre alcool et amour, nourriture et assouvissement du désir, est ancien et reconnu par les écrivains depuis l'Antiquité. Au vingtième siècle, Simone de Beauvoir et Françoise Sagan ont abondamment mis en scène des personnages qui boivent, mangent, se séduisent et font l'amour après avoir quitté la table. Pour leurs héroïnes, l'alcool et les mets sont le passage obligé avant l'amour. Par ailleurs, le voyage et le dépaysement sont l'occasion de rencontres multiples.
Cahiers Figura

Université du Québec à Montréal

Traduire le texte érotique

Directeur(s):
Boulanger, Pier-Pascale
N° de la publication:
32
La traduction du texte érotique est une tâche ardue parce que, à cheval entre deux imaginaires culturels, elle soulève la question des valeurs morales et littéraires rattachées à la représentation du sexe.
Articles des chercheurs

Collège Ahuntsic

La philosophie contaminée par le fantastique

St-Germain, Philippe
Imaginons trois dispositifs qui paraissent contrevenir aux règles les plus élémentaires de la logique et du réalisme: un anneau permettant à son propriétaire d’être invisible et d’agir comme bon lui semble; un malin génie dont l’unique fonction est de faire douter des évidences les plus écrasantes, fût-ce celles qui proviennent des cinq sens; imaginons enfin que nous ne sommes pas des êtres de chair et d’os, mais des cerveaux dans une cuve recevant des stimuli envoyés par un ordinateur.

Pages