Université du Québec à Montréal
RADICAL

Une lecture sans tradition: lire à la limite de ses habitudes

Articles des chercheurs
Année de parution:
2007

Il est un terme absent du titre de ce dossier: la tradition. Lecture, traduction, culture, c’est une façon de ne pas dire lecture, tradition, culture. Tradition, traduction: qu’est-ce qui vient séparer ces deux termes, dont les signifiants sont si proches? Qu’est-ce qui change dans le passage du di au duc? S’opposent en fait, par ces deux termes, des conceptions complètes de la lecture et du rapport à la culture. Le premier introduit un rapport à l’identité, fondé sur la mémoire, l’histoire, la convergence de temporalités d’abord disjointes (le passé versus le présent), la confirmation d’un territoire culturel, un mouvement centripète inscrit avant tout dans la verticalité; tandis que le second déploie une identité marquée par l’exploration des bords et des frontières, la dispersion, un mouvement centrifuge où les langues se confrontent, où les sémiosphères se rencontrent et les médiasphères se chevauchent.

*
 
Cet article a d'abord été publié dans la revue Protée, vol. 25, no. 3 en 1998.
Fichier attachéTaille
une_lecture_sans_traditiona.pdf211.27 Ko
Pour citer ce document:
Gervais, Bertrand. 1998. « Une lecture sans tradition: lire à la limite de ses habitudes ». En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/publications/une-lecture-sans-tradition-lire-a-la-limite-de-ses-habitudes>. Consulté le 28 avril 2017. Publication originale : (Protée. 1998. vol. 25(3), p. 7-20).
Aires de recherche:
Champs disciplinaires:
Courants artistiques:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification