Collège Ahuntsic

Les douze travaux de Captain Marvel: un «plagiat» américain à rebondissements

Articles des chercheurs
Année de parution:
2013

Le plagiat culturel se traduit généralement par une opposition claire entre deux camps adverses: il suppose après tout qu’il y ait un modèle et une copie, et, par extension, un propriétaire floué par un épigone ayant contourné la loi. Il s’agit alors de rendre justice au propriétaire en punissant ceux qui se sont illégalement servi de sa possession. Or, des oppositions aussi marquées n’épuisent pas le vaste paysage du plagiat: mis à l’épreuve de la réalité, celui-ci est souvent plus difficile à cerner. Deux cas de figure rendent la problématique du plagiat passablement plus complexe en fragilisant la frontière séparant le plagiaire du plagié: quand on accuse quelqu’un de se plagier lui-même1; quand le propriétaire du modèle en vient, par un concours de circonstances, à posséder aussi les droits sur la copie.

Dans ce qui suit, je m’intéresserai à une industrie –celle du comic book américain– qui s’avère un terrain de choix pour ces deux cas de figure. Cette industrie est après tout peuplée de personnages malléables et multipliables: les superhéros sont autant de mascottes passibles d’être déclinées dans de nombreux médias (bandes dessinées, cinéma, jouets, publicité, etc.). Cette dérivation constante met en place un rapport souvent complexe entre un «original» et ses occurrences subséquentes, dans la culture. Ma contribution traitera en particulier d’un personnage dont l’histoire est traversée par des controverses relatives au plagiat et au droit d’auteur: Captain Marvel, qui vécut une hibernation forcée quand on le considéra comme une copie de Superman, mais qui connut plus tard une renaissance rocambolesque lorsqu’il fut acquis par la compagnie qui l’avait combattu jusque-là.

*

Cet article a d'abord été publié dans la revue Cultures & Sociétés, n°28, en 2013. 

Fichier attachéTaille
captain_marvel_plagiat_americain.pdf732.71 Ko
Pour citer ce document:
St-Germain, Philippe. 2013. « Les douze travaux de Captain Marvel: un plagiat américain à rebondissements ». En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/publications/les-douze-travaux-de-captain-marvel-un-plagiat-americain-a-rebondissements>. Consulté le 29 mai 2020. Publication originale : (Cultures & Sociétés. 2013. vol. 28, p. 165-176).
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Courants artistiques:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification