Université du Québec à Montréal

Le Livre médiéval et humaniste dans les Collections de l'UQAM

Cahiers Figura
Année de parution:
2006
N° de la publication:
15

Le Groupe de recherche multidisciplinaire de Montréal sur les livres anciens (XVe-XVIIIe siècles), fondé en 2004, a organisé, le 2 décembre 2005, une première Journée d'études sur les livres des XVe et XVIe siècles ayant pour thème «Le livre médiéval et humaniste dans les Collections de l'UQAM». Cette journée d'études était accompagnée d'une exposition, «L'Humanisme et les imprimeurs français au XVIe siècle». Les textes des Actes traitent de sujets aussi variés que les enluminures et le registre des naissances du livre d'Heures de Pellegrin de Rémicourt, le Champ fleury de Geoffroy Tory publié à Paris, les éditions de Tite-Live imprimées à Lyon par Sébastien Gryphe, celles d'Hérodote publiées par André Wechel à Francfort ainsi que celles de Dion Cassius éditées par Henri Estienne à Genève, l'entreprise philologique et commerciale de la Sacra Bibliotheca Sanctorum Patrum de Marguerin de la Bigne et la Compagnie de la Grand-Navire à Paris et, enfin, l'édition du Syntagma tragœdiæ latinæ de Martin Del Rio publiée à Anvers par la veuve de Christophe Plantin, Jeanne Rivière, et son gendre Jean Moretus. Le catalogue décrit une vingtaine de livre des Collections de l'Université du Québec à Montréal. De ces travaux ressort un lien émouvant entre l'histoire individuelle et l'histoire collective, qui se dessine en filigrane dans cette collection d'essais, car, à l'origine de ces Collections, on trouve des collectionneurs particuliers, laïcs et religieux, de France, puis du Québec, mais aussi d'Angleterre, de Belgique et d'ailleurs. Ceux-ci ont tracé avec application leur ex-libris à la plume sur leur exemplaire ou ont fait graver leur nom sur les plats ou sur le dos de la reliure avant que ces ouvrages se retrouvent un jour, suite à un don ou à un achat, munis des estampilles de l'une ou l'autre des Bibliothèques de l'École normale Jacques-Cartier, de l'École des Beaux-Arts ou du Collège Sainte-Marie, qui les ont par la suite légués, en 1969, à l'Université du Québec à Montréal, laquelle les logera bientôt dans l'Édifice Saint-Sulpice, autre lieu de mémoire montréalais du livre ancien.

Suite en format pdf.

Fichier attachéTaille
cf15-complet.pdf29.02 Mo
Pour citer ce document:
Dunn-Lardeau, Brenda et Johanne Biron (dir.). 2006. Le Livre médiéval et humaniste dans les Collections de l'UQAM: Actes de la première Jounée d'études sur les livres anciens, suivis du Catalogue et l'exposition L'Humanisme et les imprimeurs français au XVIe siècle. Cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/publications/le-livre-medieval-et-humaniste-dans-les-collections-de-luqam>. Consulté le 25 septembre 2017. Publication originale : (2006. Montréal : Figura, Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire, coll. Figura, vol. 15, 206 p.).
Manea, Lucia
Frunzeanu, Eduard

Le Champ fleury (1529) de Geoffroy Tory. Imaginaire humaniste et innovations dans l'art du livre

Au début du XVIe siècle, de nombreux changements sont visibles en France dans l'imprimerie et la culture humaniste. Notons particulièrement l'apparition de l'édition savante, ainsi que le renouvellement de l'illustration des livres, de leur présentation et de leur qualité matérielle.
Biron, Johanne

La Sacra Bibliotheca Sanctorum Patrum (1589) de Marguerin de La Bigne et la Compagnie de la Grand-Navire

Dans Le livre et ses secrets, Jean-François Gilmont s'intéresse au catalogage des fonds de livres anciens et signale l'écueil que peut représenter la rétroconversion d'anciennes fiches qui, à cause d'erreurs reconduites au fil des ans, constituent pour les livres autant de faux passeports.
Proulx, Geneviève
Dunn-Lardeau, Brenda
Virr, Richard

L'humanisme et les imprimeurs français au XVIe siècle: Catalogue de l'exposition

Après un premier et bref examen des livres conservés à l'Université du Québec à Montréal, il était clair qu'une exposition qui mettrait en valeur les imprimeurs français du XVIe siècle, principalement les Estienne à Paris et Sébastien Gryphe à Lyon, allait respecter les deux contraintes qui nous étaient imposées.
Aires de recherche:
Classification