Collège de Maisonneuve

La brûlure avant la voix ou Could this be a love letter?

Articles des chercheurs
Année de parution:
2011

C’est en jetant un regard sur ce parcours et à partir d’une posture toute personnelle que j’aimerais témoigner de ma relation privilégiée avec LEVIER au fil des années. Que ce soit par la conception et la coanimation de plusieurs programmes de formation et d’échanges, en marge ou en accompagnement de certains projets, ou encore dans les relations interpersonnelles, la démarche critique de création, de réflexion et d’action propre à LEVIER a été généreuse en rencontres, en occasions de ressourcement et en apprentissages mutuels; une abondante matière dont l’influence continue à se manifester en moi. Le début de mon implication auprès de LEVIER a coïncidé avec un moment où ma relation critique à la (et à ma) culture devenait plus radicale. J’emploie ici cette expression au sens de «racine», tel que me l’a enseigné Maria-Theresia, l’une des religieuses de la communauté du Carmel de Berlin, en respect d’une amitié et d’une conversation continue auxquelles je me suis parfois référée, par exemple en introduction du Programme de formation et d’échanges en art communautaire (2004). Je n’ai pas la foi. Ni celle qui accompagne l’existence et la vie quotidienne du croyant, ni même la foi en la culture. Néanmoins, plusieurs liens me semblent rapprocher le Carmel et l’art, des liens qui m’ont souvent paru éclairer les paradoxes de l’un et de l’autre, notamment dans leur rapport à l’éthique et à la communauté. À l’époque de ce premier engagement avec la démarche de LEVIER, je ressentais non seulement le besoin de répondre au présent: comment vivre? comment vivre ensemble?, mais la nécessité de porter à conséquences dans mes gestes, relations et modes de vie, un questionnement sur les enjeux fondamentaux d’une réflexion sur le don, l’art et l’éthique.

*

Cet article a d'abord été publié dans Célébrer la collaboration. Art communautaire et art activiste humaniste au Québec et ailleurs (Engrenage Noir/LEVIER/LUX Éditeur/Detselig Enterprises), en 2011.

Fichier attachéTaille
2013-lachapelle-labrulureavantlavoixa.pdf2.67 Mo
Pour citer ce document:
Lachapelle, Louise. 2011. « La brûlure avant la voix ou Could this be a love letter? ». En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/publications/la-brulure-avant-la-voix-ou-could-this-be-a-love-letter>. Consulté le 18 juillet 2018. Publication originale : (2013. 2011. Calgary/Montréal : Engrenage Noir/LEVIER/LUX Éditeur/Detselig Enterprises. p. 365-377).
Contexte géographique:
Courants artistiques:
Problématiques:
Classification