Université du Québec à Montréal

Formation des lecteurs: formation de l'imaginaire

Cahiers Figura
Année de parution:
2008
N° de la publication:
20

Comment concevoir la lecture littéraire et former des lecteurs? Comment se forme et agit l’imaginaire lors de la lecture? Réunis à l’occasion d’un colloque international à l’UQAM en 2005, des enseignants et des chercheurs livrent leurs propositions théoriques et didactiques, appuyées sur des enquêtes, des expérimentations et des analyses de textes. Alors que des influences nombreuses du domaine culturel et médiatique imprègnent tout autant les œuvres que les pratiques de lecture, l’enseignement de la littérature contribue partiellement à la formation des lecteurs et à la formation de leur imaginaire.

Avec des textes de: Marilyn Brault, Sylvain Brehm, Helen Faradji, Marie-José Fourtanier, Marcel Goulet, Éléonore Hamaide, Magali Lachaud, Gérard Langlade, Monique Lebrun, Pierre-Louis Patoine, Max Roy.

Suite en format pdf.

Fichier attachéTaille
cf20-complet.pdf1.76 Mo
Pour citer ce document:
Roy, Max, Marilyn Brault et Sylvain Brehm (dir.). 2009. Formation des lecteurs: Formation de l'imaginaire. Cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/publications/formation-des-lecteurs-formation-de-limaginaire>. Consulté le 18 novembre 2017. Publication originale : (2009. Montréal : Figura, Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire, coll. Figura, vol. 20, 196 p.).
Brehm, Sylvain

Le rôle de l'imaginaire dans le processus de référenciation

Domaine de l’inventio, le récit de fiction est l’espace de tous les possibles, en raison de son autonomie à l’égard du réel. Paradoxalement, en raison de sa dimension mimétique, le récit fictionnel est la cible de nombreuses attaques de la part de ceux qui y voient un instrument insidieux coupable de générer un monde des apparences trop conformes au réel.
Brault, Marilyn

Le rôle de l'imaginaire dans l'expérience esthétique de la lecture littéraire au collégial

La transmission du goût de la lecture et le développement de la sensibilité esthétique constituent des enjeux majeurs de la formation des jeunes lecteurs. Conçu d’abord comme le fondement du développement chez le lecteur d’habiletés à déchiffrer, à interpréter et à analyser le texte littéraire, le plaisir de la lecture favorise aussi «la motivation et la mémoire, construit la sensibilité et la culture littéraire».
Lachaud, Magali

Les oeuvres médiévales, entre lectures scolaires et lectures privées

Bien que la littérature pour enfants constitue un genre distinct et indépendant dès la fin de l’Ancien Régime, qu’un goût pour le roman historique s’affirme en France à partir de 1820, et que les romans de chevalerie, romans courtois et moralités soient prisés d’un vaste public jusque dans les années 1880, les productions littéraires du Moyen Âge ne s’inscrivent dans le répertoire spécifique de l’enfance qu’au cours de la seconde moitié du xIxe siècle.
Fourtanier, Marie-José

Lecteurs, imaginaire et pratique culturelles. Altérité et cyberculture

Ma réflexion sur la formation de l’imaginaire des lecteurs s’inscrit dans le cadre général de l’enseignement de la littérature et de l’accès des lecteurs non experts (élèves ou étudiants) aux œuvres littéraires, de l’Antiquité à l’extrême contemporain. Dans cette perspective, j’analyserai les vecteurs possibles et les supports anciens, récents ou renouvelés, de l’imaginaire du lecteur.
Hamaide, Eléonore

Paul Cox ou le codex imaginatif

Paul Cox fait figure de touche-à-tout, aussi bien intéressé par le graphisme, le design, la peinture que les livres pour enfants. L’horizon d’attente qu’il trace dans un blogue rédigé en parallèle à une exposition présentée au centre Georges Pompidou est celui d’un homme de lettres, un autodidacte jamais rassasié de savoir.
Faradji, Helen

Les effets du roman et du film policiers psychologiques à travers l'étude de la lecture et du visionnement de «Mystic River»

Lorsque l’on évoque le roman policier, un premier problème de définition se pose. En effet, en tant que catégorie générique, il recouvre plusieurs sous-genres schématiquement identifiables comme le roman à énigmes, le roman noir et enfin le roman à suspense. Bien évidemment, de nombreux romans, notamment contemporains, n’obéissent pas aussi strictement à ces codes.
Patoine, Pierre-Louis

Entrez à vos risques! «House of Leaves» et les plaisirs dangereux de la lecture comme simulation

En mars 2000, Pantheon Books publie House of Leaves, un roman de 709 pages affublé d’une table des matières, d’un avant-propos, d’une introduction, de trois annexes, d’un index, d’une incroyable profusion de notes de bas de page, d’une demi-douzaine de polices différentes et d’une mise en page déconcertante où les phrases fuient en tous sens, où les mots s’assemblent en fenêtres, colonnes, nuages.
Aires de recherche:
Classification