Université du Québec à Montréal

Ces récits autogénérés: stratégies paratextuelles pour un brouillage de l'origine

Articles des chercheurs
Année de parution:
2014

Lorsque Choderlos de Laclos affirme en «Préface du rédacteur» de ses Liaisons dangereuses qu’il n’agit qu’en manière de transmetteur de lettres authentiques dont il offre l’édition, soulignant, pour que tout soit bien clair, que sa «mission ne s’étend pas plus loin», il place son oeuvre sous les auspices du topique du «manuscrit trouvé». Cette stratégie, «par laquelle le roman cherchait à s’imposer comme genre littéraire» au XVIIIe siècle, donnait l’histoire comme «réellement arrivée» et visait à «échapper aux reproches d’extravagance et d’invraisemblance dont la critique officielle accablait [les romans]». Ainsi, grâce à ce que Gérard Genette nomme une «préface auctoriale authentique dénégative», l’auteur se retire, du moins officiellement, de l’énonciation du texte. Plus encore, cette délégation de l’instance énonciative, pour peu qu’on y accorde crédit, inscrit le roman dans l’univers référentiel.

Suite en format pdf.

*

Cet article a d'abord été publié dans la revue Tangence n°105 en 2014.

Fichier attachéTaille
ces_recits_autogeneres.pdf160.36 Ko
Pour citer ce document:
Bélanger, David et Cassie Bérard. 2014. « Ces récits autogénérés: stratégies paratextuelles pour un brouillage de l'origine ». En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/publications/ces-recits-autogeneres-strategies-paratextuelles-pour-un-brouillage-de-lorigine>. Consulté le 21 avril 2019. Publication originale : (Tangence. 2014. vol. 105, (été 2014), p. 121-141).
Période historique:
Champs disciplinaires:
Courants artistiques:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Classification