Repenser le réalisme

Le Cahier ReMix Repenser le réalisme est dirigé par Claudia Bouliane et Bernabé Wesley.

 

*  *  *  Cliquez ici pour accéder à la publication.  *  *  *

 

Cette publication numérique fait suite au IIe Symposium international de sociocritique, lequel s’est tenu du 9 au 12 décembre 2015 à l’Université de Montréal. Cet événement scientifique avait pour ambition de «Repenser le réalisme» et réunit pendant trois jours de jeunes chercheurs et des professeurs d’université qui ont interrogés à nouveaux frais cette esthétique qui cherche à représenter la vie ordinaire.

Il n’y a pas un réalisme mais des réalismes, variant selon les âges et les lieux. Et s’il existe bien des effets de réalité, ils sont créés par les interactions mêmes des textes avec l’imaginaire social. C’est dans cette perspective que les actes du IIe Symposium international de sociocritique engagent à «[r]epenser le réalisme». Il s'agit de proposer une relecture critique des travaux sur le réalisme à partir des hypothèses nodales de la sociocritique.

La sociocritique envisage le texte littéraire (et tout autre dispositif langagier producteur de sens) dans ses interactions avec la semiosis sociale, c’est-à-dire avec les savoirs, les représentations, les images, les façons de parler, les discours, les multiples voix et les langages par lesquels une société, dans une situation sociohistorique précise, se représente ce qu’elle est, ce qu’elle a été et ce qu’elle pourrait devenir1.

Les travaux, à l’origine présentés dans le cadre du IIe Symposium international de sociocritique, examinent la manière dont les œuvres incorporent et transforment ce qu’elles empruntent à cet imaginaire social. Ils mettent en valeur l’historicité, la socialité, les mutations et la variabilité des réalismes. Ils proposent des réflexions portant sur des corpus variés, allant du Moyen Âge à l’époque actuelle. Ils s’ouvrent aussi à des œuvres aux origines géoculturelles diverses. Loin de se limiter au roman, ils mettent en exergue la pluralité générique et esthétique des œuvres considérées. Ils font ressortir la diversité des réalismes, qui s’exprime entre autres dans des expressions telles que «réalisme magique», «réalisme merveilleux», «réalisme symboliste», etc. Enfin l’ouvrage collectif accueille également des contributions qui relèvent de l’ethnocritique des textes, approche avec laquelle la sociocritique entretient un dialogue fructueux depuis quelques années.