Journée d'étude
Université du Québec à Montréal

Le jeune homme en France au XIXe siècle. Contours et mutations d'une figure

Vendredi 17 Avril 2015, 09:00

 

Présentation de la journée d'étude

Le 17 avril 2015 s'est déroulée, à l'Université du Québec à Montréal, une journée d'étude intitulée «Le jeune homme en France au XIXe siècle. Contours et mutations d'une figure», organisée par Véronique Cnockaert, Nathanaël Pono et Solène Thomas.

La Révolution française a opéré une profonde mutation dans la perception des genres, c’est-à-dire dans l’appréhension du masculin et du féminin comme construits sociaux. Le passage de l’Ancien régime à la France moderne opère  une rupture épistémologique forte, laquelle permet de repenser les frontières entre masculin et féminin. Dans ce contexte de mutations sociales, culturelles, politiques et identitaires, c’est la figure du jeune homme qui retiendra notre attention. Ainsi que le remarque Anne-Marie Sohn, «le lent processus qui, entre quatorze et vingt-cinq ans, conduit l’adolescent à l’âge d’homme reste encore largement inexploré. Il constitue pourtant une voie d’approche privilégiée pour comprendre les masculinités.» Être un homme ne va pas de soi, mais résulte d’un long apprentissage pour maîtriser l’habitus et les comportements masculins (ou perçus comme tels). La question du jeune homme au XIXe siècle rejoint donc le champ des gender studies, en s’attachant à la question de la représentation du masculin et de la virilité.

Le XIXe siècle consacre pour Alain Corbin «l’emprise maximale de la vertu de virilité». Un système de valeurs, de représentations et de codes masculins s’impose alors avec force. Dès son plus jeune âge, le garçon doit s’endurcir. A l’adolescence, le jeune homme teste sa bravoure dans des rixes de groupes ou des duels singuliers, il éprouve sa résistance à l’alcool et au tabac (marqueurs sociaux de la masculinité), se laisse pousser barbe et moustache, cherche, en somme à se prouver homme. Toutefois, le XIXe siècle voit aussi se brouiller les frontières entre masculin et féminin; les femmes investissent désormais des espaces familiaux, professionnels et artistiques qui étaient jusque là réservés aux seuls hommes.

Cette journée d’étude visait à étudier, selon une approche pluridisciplinaire, la construction sociale et identitaire du jeune homme au XIXe siècle, d’un point de vue collectif ou individuel, dans ses rapports avec la femme, mais aussi dans la perspective d’un conflit générationnel avec l’homme accompli (patron, ancêtre, professeur).

 

Programme de la journée d'étude

Cliquez sur le titre d'une communication pour accéder à l'archive audio/vidéo.

 

Séance: Devenir homme: passages et ratages 

Christine Hudon. «Quelle éducation pour l'homme en devenir? Les débats autour de l'enseignement des classiques dans le Québec du XIXe siècle»

Eric Boulanger. «La posture de la honte: représentation du jeune homme dans La débâcle d'Émile Zola»

Nathanaël Pono. «Tu seras un enfant toute ta vie: l'échec d'un passage liminaire dans le Petit Chose d'Alphonse Daudet»

 

Séance: Paradigmes virils, entre tradition et modernité

Soline Asselin. «Les hommes maigres sont de rudes hommes. Étude du jeune homme dans Le ventre de Paris d'Émile Zola»

Catherine Truchon. «Le personnage d'Octave Mouret dans Pot-Bouille d'Émile Zola, ou la limite des stéréotypes»

 

Séance: Le genre en question: subversions masculines et féminines

Frederic Canovas. «Entre texte et images: déconstruction du masculin dans Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre» [Communication non disponible]

Walid Romani. «Stéréotypies subversives ou le nom propre chez Maupassant»

Catherine Ouellet. «L'idéal androgyne: la représentation du jeune homme dans la littérature décadente fin-de-siècle»

 

Séance: Nouveaux stéréotypes masculins

Peggy Davis. «Une vie de jeune homme: la satire du Calicot»

Yves Laberge. «Le dandy de Baudelaire à la lumière des héories de la masculinité»

Patrick Bergeron. «Portrait du décadent en jeune homme: juvénilités masculines chez Barrès, Bourget, Rachilde et consorts.»

 

Organisation de la journée d'étude

Véronique Cnockaert est directrice de FIGURA, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. Elle est professeure au Département d’Études littéraires de l’Université du Québec à Montréal et co-fondatrice du LEAL (UQAM/Figura). Spécialiste de l’œuvre de Zola et du Naturalisme, elle a commenté Au Bonheur des Dames, dans la collection Foliothèque chez Gallimard en 2007, elle a publié Émile Zola. Les Inachevés. Une poétique de l’adolescence aux Éditions XYZ / Presses universitaires de Vincennes en 2003; elle a aussi dirigé les Actes du colloque Émile Zola. Mémoire et Sensations aux Éditions XYZ en 2008. Elle s’intéresse également aux rapports entre littérature et anthropologie. Elle a publié en collaboration avec Marie Scarpa et Jean-Marie Privat (univ. Paul-Verlaine de Metz) Anthologie de l’ethnocritique (Presses universitaires de Québec, collection «Approches de l’imaginaire», sous la dir. de Rachel Bouvet & Bertrand Gervais, 2011).

Nathanaël Pono est étudiant au doctorat en études littéraires à l'Université du Québec à Montréal, il s'intéresse aux liens entre génétique et correspondances dans les lettres d'écrivains.

Solène Thomas est doctorante à l'Université de Lyon 3. Ses recherches portent sur la poésie française des XVIe, XIXe et XXe siècles, la poétique des philosophies de l'affectivité et l'histoire des représentations. Elle a publié dans Revue Verlaine ainsi que sur l'Observatoire de l'imaginaire contemporain.

 

Fichier attachéTaille
Programme de la journée d'étude522.57 Ko
Pour citer ce document:
Cnockaert, Véronique, Nathanaël Pono et Solène Thomas, (org.). 2015. Le jeune homme en France au XIXe siècle. Contours et mutations d'une figure. Journée d’étude organisée par Figura, Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université du Québec à Montréal, 17 avril 2015. Document vidéo. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/evenements/le-jeune-homme-en-france-au-xixe-siecle-contours-et-mutations-dune-figure>. Consulté le 28 mars 2017.