Colloque

Vêtir, masquer, mettre à nu: imaginaire érotique et social du vêtement chez Verlaine

Jeudi 23 Avril 2015, 17:15

À partir du thème de «La chair aperçue, imaginaires du corps par fragments», j'aimerais proposer une variation, non pas autour de la chair, mais autour du vêtement. Pour qu'il y ait chair aperçue, il faut qu'il y ait mise à nue totale ou partielle. Il faut deux éléments: d'une part une peau et d'autre part un vêtement. Le vêtement est donc paradoxalement nécéssaire pour qu'il y ait nudité, c'est-à-dire pour qu'il y ait conscience de la nudité. On peut dire qu'Adam et Ève, au Jardin d'Éden, n'étaient pas nus, dans la mesure où ils n'avaient pas conscience de leur nudité. Ce n'est qu'après avoir mangé le fruit du savoir que, se sachant désormais nus et connaissant la pudeur, ils se vêtent.

Roland Barthes nous rappelle ceci, dans Le plaisir du texte: «L'endroit le plus érotique d'un corps n'est-il pas là où le vêtement baille? [...] C'est l'intermitence, comme l'a bien dit la psychanalyse qui est érotique: celle de la peau qui scintille entre deux pièces, [...] entre deux bords». Plus qu'un pouvoir érotique de la peau, donc, il nous faut supposer un pouvoir érogène qui origine dans ce binome peau-vêtement.

Auteurs et artistes référencés:
Pour citer ce document:
Thomas, Solène. 2015. « Vêtir, masquer, mettre à nu: imaginaire érotique et social du vêtement chez Verlaine ». Dans le cadre de La chair aperçue. Imaginaire du corps par fragments (1800-1918). Colloque organisé par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université du Québec à Montréal, 23 avril 2015. Document vidéo. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/vetir-masquer-mettre-a-nu-imaginaire-erotique-et-social-du-vetement-chez-verlaine>. Consulté le 23 avril 2019.
Aires de recherche:
Période historique:
Champs disciplinaires:
Courants artistiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification