Colloque

«Traité-e comme du bétail»: animalisation et dignité humaine

Mercredi 11 Avril 2018, 11:15

 

Présentation de la communication

«On n’est pas du bétail»; «On n’est pas des animaux»; «On est tou-te-s humain-e-s»; «On n’est pas de la viande»... La métaphore populaire la plus puissante pour exprimer un état de sujétion est celle qui évoque le fait d'être traité-e comme un animal soumis aux rapports sociaux d'élevage. Bien que la plupart des mouvements humanistes prennent acte du fait que l'animalisation est utilisée comme une stratégie politique pour rabaisser les individus et groupes marginalisés, elles ne remettent pas en question cette domination dans son intégralité; au contraire même, elles la reprennent à leur compte. La situation d'élevage est ainsi évoquée avec indignation, mais uniquement quand il s'agit d'êtres humains. L'enjeu consisterait à donner la preuve de sa non-appartenance à la catégorie des individus qu'il est, par ailleurs, légitime d'asservir... La féministe matérialiste Christine Delphy relevait en 1991 ce type de rhétorique, mais appliquée aux femmes: «L'un des héros du film Exodus, forcé de révéler la pire indignité que les nazis lui ont fait subir, s'écroule en sanglotant: ils m'ont traité comme une femme»!

Dans un contexte où l'animalisation a historiquement servi et sert toujours pour rabaisser et exploiter des populations humaines, nous avons ce réflexe de distanciation; néanmoins j’argumenterai (en faisant référence à plusieurs travaux récents) que tant que perdurera ce discours opposant humanité/animalité pour incarner et actualiser la dichotomie de la domination, les autres systèmes trouveront des ressources (à la fois matérielles et idéelles) pour perdurer et rester opérants socialement. En d’autres mots, tant que le spécisme ne sera pas inquiété, la menace que des individus puissent être traités «comme des animaux» restera bien réelle. J’évoquerai ainsi les avantages politiques d’une interrogation sur le sens de cette dichotomie humanité/animalité, démarche propre à désamorcer les logiques de pouvoir qui la produisent et la rendent utiles pour rabaisser des individus, toutes espèces confondues.

[Texte d'Axelle Playouste-Braure]

 

Archive audio de la communication

Pour citer ce document:
Playouste-Braure, Axelle. 2018. « "Traité-e comme du bétail": animalisation et dignité humaine ». Dans le cadre de L'animal et l'humain. Représenter et interroger les rapports interespèces. Colloque organisé par CRILCQ / Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université de Montréal, 11 avril 2018. Document audio. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/traite-e-comme-du-betail-animalisation-et-dignite-humaine>. Consulté le 22 septembre 2018.
Aires de recherche:
Période historique:
Champs disciplinaires:
Courants artistiques:
Figures et Imaginaires:
Classification