Colloque

S’immortaliser par l’art: entre l’éternité du monument et l’intensité de l’instant

Jeudi 27 Avril 2017, 14:00

 

Présentation de la communication

«Ce que je me propose de faire est d’interroger la pertinence ou ce qu’est véritablement le projet des biotechnologies à l’aune de ce que j’appellerais une double option éthique qui est présente dans le roman du Portrait de Dorian Gray

Je vais faire référence d’emblée, en introduction, à une scène importante du roman qui est au chapitre trois. Donc pas directement dans la première page mais qui constitue une scène à la fois inaugurale et traumatique, dans la mesure où finalement Dorian Gray va avoir l’occasion d’une révélation de sa propre identité à lui-même par la médiation du portrait. Mais pas simplement par le portrait, car au fond, il ne se voyait pas lui-même dans le portrait au départ.

Il a fallu en plus le discours du Lord Henry, qui est ce personnage du Lord Henry qui lui dit de profiter de la vie alors qu’il peut encore le faire. Donc, au fond, cette scène traumatique est celle de la révélation, pour le personnage principal, de sa propre finitude.»

 

Archive audio de la communication

Auteurs et artistes référencés:
Pour citer ce document:
Bies, Alexandre. 2017. « S’immortaliser par l’art: entre l’éternité du monument et l’intensité de l’instant ». Dans le cadre de Figures de l’immortel(le). Colloque organisé par Revue Post-Scriptum. Montréal, Université de Montréal, 27 avril 2017. Document vidéo. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/simmortaliser-par-lart-entre-leternite-du-monument-et-lintensite-de-linstant>. Consulté le 16 décembre 2017.
Période historique:
Champs disciplinaires:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification