Journée d'étude

Où est passé le roman policier? Disparition et saturation chez Jean Echenoz

Participants:
Vendredi 16 Mars 2018, 09:45

 

Présentation de la communication

«On le sait, chez Echenoz, les gens et les objets ont une propension assez hors du commun à s’égarer, à disparaître et à s’évaporer. Ce qu’on constate, c’est que ces disparitions suscitent la plupart du temps des enquêtes et sont donc l’un des moteurs narratifs privilégiés. Mais en même temps, l’intrigue, bien qu’elle revête les apparences du polar dans un certain nombre de textes, ne parvient pas vraiment à adhérer aux schémas attendus du roman policier. De sorte que ce qui disparaît est non seulement un certain nombre de personnages et d’objets, mais aussi de codes du roman policier tout comme le savoir qui devrait résulter de l’investigation. De ce fait, si ces récits ont bien comme point de départ des disparitions, on peut se demander si l’impossibilité de les raconter n’est pas aussi ce que raconte à sa manière Echenoz.»

 

Archive audio de la communication

Auteurs et artistes référencés:
Pour citer ce document:
Decout, Maxime. 2018. « Où est passé le roman policier? Disparition et saturation chez Jean Echenoz ». Dans le cadre de L’absence chez Jean Echenoz. Journée d’étude organisée par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire. Montréal, Université du Québec à Montréal, 16 mars 2018. Document audio. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/ou-est-passe-le-roman-policier-disparition-et-saturation-chez-jean-echenoz>. Consulté le 21 juin 2018.
Aires de recherche:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification