Colloque

Le pied mal chaussé de la «mendiante rousse» baudelairienne: lieu d'une articulation dialogique entre conte et poésie

Vendredi 24 Avril 2015, 14:00

On retrouve dans les tableaux parisiens un flâneur trébuchant sur les mots comme sur les pavés et rencontrant des porteurs de béquilles, un cygne qui de ses pieds palmés frotte le pavé sec, un squelette laboureur aux pieds sanglants et nus, un quadrupède infirme aux pas maladroits, une coquette aux pieds secs que pince un soulier pomponné, joli comme une fleur, et - enfin - une passante qui déambule avec une jambe de statue.

On peut dire que le motif du déséquilibre ambulatoire traverse ces poèmes urbains. La lecture ethnocritique de À une mendiante rousse que je vous propose s'attachera à étudier, dans une perspective sémio-culturelle, le pied de la mendiante. Que ce membre surprésent dans le blason baudelairien soit précisément mal-chaussé est l'indice d'un embrayeur interdiscursif. Je fais l'hypothèse que ce fragment corporel transporte avec lui des fragments de texte et de discours révélant l'imaginaire culturel et le dialogisme du poème.

Auteurs et artistes référencés:
Pour citer ce document:
Ménard, Sophie. 2015. « Le pied mal chaussé de la "mendiante rousse" baudelairienne: lieu d'une articulation dialogique entre conte et poésie ». Dans le cadre de La chair aperçue. Imaginaire du corps par fragments (1800-1918). Colloque organisé par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université du Québec à Montréal, 24 avril 2015. Document audio. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/le-pied-mal-chausse-de-la-mendiante-rousse-baudelairienne-lieu-dune-articulation>. Consulté le 23 octobre 2018.
Aires de recherche:
Champs disciplinaires:
Courants artistiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification