Colloque

La relecture du mythe de Frankenstein dans le cinéma de science-fiction japonais

Vendredi 19 Novembre 2021

 

Présentation de la communication

Si les tourments de Victor Frankenstein trouvent un écho dans le cinéma japonais, sa créature a aussi engendré une prolifique descendance dans le bestiaire du kaiju eiga (film de monstres). Godzilla est à la fois une menace mais aussi une victime des excès de la science. En 1965, Frankenstein vs Baragon montre une créature qui, malgré son gigantisme, affiche certains traits communs avec le personnage imaginé par Mary Shelley notamment sa marginalisation due à son apparence qui, ici, s’explique par les retombées de l’explosion d’Hiroshima. Plusieurs autres films mettent en scène des personnages humains ont subi une mutation due aux radiations atomiques tels The H-Man (1959), Human Vapor (1960) et Matango (1963). La crainte de Victor Frankenstein à l’effet que la science puisse se muer en un «fléau» imposé «aux générations à venir» constitue à ne pas en douter un thème capital du cinéma de science-fiction nippon.

 

Archive vidéo de la communication

Pour citer ce document:
Vézina, Alain. 2021. « La relecture du mythe de Frankenstein dans le cinéma de science-fiction japonais ». Dans le cadre de L’ombre de Frankenstein ou le pouvoir d’une œuvre. Colloque organisé par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Université du Québec à Montréal, Montréal, 19 novembre 2021. Document vidéo. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/la-relecture-du-mythe-de-frankenstein-dans-le-cinema-de-science-fiction-japonais>. Consulté le 16 mai 2022.
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Objets et pratiques culturelles:
Classification