Colloque

La construction des condos. Journal de terrain

Mercredi 11 Mai 2016, 09:00

Dans un quartier en voie de gentrification, des promoteurs immobiliers ont fait disparaître la vieille station-service à l’abandon depuis quelques années. Sur le terrain vague qui s’étale à présent sous nos yeux, on a planté une panneau annonçant l’inéluctable: la construction d’un bloc de condominiums de six étages, un grand bloc de briques beiges comprenant des logements clé en main, un stationnement intérieur ainsi qu’une terrasse sur le toit. Si l’on se rapporte à l’image du panneau, où est apparu le portrait d’une famille heureuse -un couple dans la quarantaine et une jeune fille aux dents blanches-, le non-lieu du terrain vague deviendra un lieu, un espace habité. Mais suffit-il de la bonne volonté d’un promoteur pour qu’un non-lieu devienne un lieu?

À partir de quand et en fonction de quels critères peut-on dire d’un lieu qu’il est réellement habité, qu’il possède une âme, une identité? Cette communication, écrite sous la forme d’un journal, proposera de suivre la conversion d’un terrain vague en bloc de condos. Elle s’attardera au processus par lequel un espace à l’abandon devient -ou voudrait devenir- un espace habité et tentera, en bout de ligne, d’opposer aux impératifs économiques de l’immobilier certaines considérations esthétiques.

Pour citer ce document:
Boisclair, Antoine. 2016. « La construction des condos. Journal de terrain ». Dans le cadre de Imaginaire du terrain vague. Colloque organisé par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université du Québec à Montréal, 12 mai 2016. Document audio. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/la-construction-des-condos-journal-de-terrain>. Consulté le 19 novembre 2018.
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Courants artistiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification