Colloque

La bosse amative. Nuque et désir au XIXe siècle

Vendredi 24 Avril 2015, 16:00

Au XIXe siècle, le ruban dont une jeune femme enrobe son chapeau en laissant les extrémités flotter sur sa nuque porte un nom très suggestif: «suivez-moi jeune homme».

L'accessoire, comme sa dénomination, attire l'attention sur une partie du corps dont le pouvoir sensuel peut sembler surprenant, à savoir la nuque. Sous d'autres latitudes, cette partie arrière du cou est un ancestral secret de séduction. Au Japon, par exemple, il n'est pas un haiku érotique qui n'encense la nuque car si la geisha cache son visage, elle dévoile cette partie là, poudrée de blanc et courbée en offrande. Au XIXe siècle, dans la peinture et la littérature, la nuque apparait dotée d'un potentiel érotique exacerbé. 

Pour citer ce document:
Fougère, Marie-Ange. 2015. « La bosse amative. Nuque et désir au XIXe siècle ». Dans le cadre de La chair aperçue. Imaginaire du corps par fragments (1800-1918). Colloque organisé par Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. Montréal, Université du Québec à Montréal, 24 avril 2015. Document vidéo. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/communications/la-bosse-amative-nuque-et-desir-au-xixe-siecle>. Consulté le 12 novembre 2019.
Aires de recherche:
Période historique:
Contexte géographique:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification