Université du Québec à Montréal

L'hospitalité est-elle encore une vertu?

L'hospitalité est-elle encore une vertu?

5 sur 10

« L’hospitalité fut de tout temps érigée en vertu. »  

La plupart des chercheurs qui se sont penchés sur la notion d'hospitalité rappellent que, dans bon nombre de sphères culturelles, elle trouve sa source dans les croyances religieuses ou les préceptes philosophiques : 

Les Israélites, les Égyptiens, les Stoïciens la regardaient comme un devoir sacré et inviolable. Chez les Grecs et les Romains Jupiter déguisé en voyageur punissait Lycaon qui égorgeait ses hôtes ou récompensait Philémon et Baucis pour leur prodigalité dans les Métamorphoses d’Ovide, tandis que Latinus donne asile à Énée. Dans L’Encyclopédie la définition de l’hospitalité, de la plume du […] Chevalier de Jaucourt, insiste sur le perfectionnement d’âme, la vertu de celui qui offre un gîte et la libéralité envers les étrangers au-delà des liens du sang ou à l’égard de ceux qui cherchent une retraite contre les persécutions.  Certaines lois condamnent à l’amende ceux qui auraient refusé de loger des étrangers après le coucher du soleil.

(Nathalie Roelens, Éloge du dépaysement. Du voyage au tourisme, Paris, Éditions Kimé, 2015, p. 113.)

 

Suivre le fil de l'hospitalité dans l'actualité québécoise, où se multiplient les publications relatives à l’accueil des réfugiés syriens et à l’aide aux itinérants montréalais – cette dernière étant en partie encadrée par des organismes de charité catholiques –, permet de noter la permanence de cette conception. Celle-ci s’amalgame toutefois à des considérations d’ordre identitaire : sont alors évoquées les « valeurs canadiennes » ou la « culture d’ouverture » québécoise. Il serait intéressant d’interroger les rapports problématiques entre ces deux aspects de l’hospitalité : la part philosophique ou spirituelle et celle politique, et de voir ce que la littérature, le cinéma et les autres arts apportent aux débats en cours.

Ajouter un commentaire

Commentaires

Portrait de Judith Sribnai

L'article de Gerasimos Kakoliris, "René Schérer et Jacques Derrida sur l’hospitalité" (Mélanges offerts à René Schérer, C. Irodotou (dir.), L'Harmattan, 2015) reprend quelques-unes des thèses des deux philosophes, notamment l'idée que l'hospitalité telle que se la représentait l'Antiquité n'est plus possible avec le fonctionnement de l'Etat tel que nous le connaissons aujourd'hui. G. Kakoliris fait le pont avec l'actualité politique.