Cahiers Figura

Un cadre banlieusard. Le portrait de famille comme miroir déformant

Année de parution:
2015

Extrait du chapitre

«La banlieue, selon ses représentations littéraires et cinématographiques, serait le havre des familles voulant échapper à la dépravation des villes. L'ironie, dans plusieurs de ces représentations, serait que la famille soi-disant normale et exemplaire se révèlerait, elle aussi, hantée par quelque squelette dans son placard. Le rêve américain que symbolise la banlieue des barbecues et des pelouses bien taillées ne parviendrait pas à se réaliser dans cet endroit, lequel, au contraire, mettrait à mort ce rêve en enfermant ceux qui le poursuivent dans des réalités aliénantes, celle de la ménagère névrosée ou encore celle du mari domestiqué par la vie familiale.»

Suite en format pdf.

Numéro de la publication:
39
Pour citer ce document:
Coté-Fournier, Laurence. 2015. « Un cadre banlieusard. Le portrait de famille comme miroir déformant ». Dans Suburbia. L'Amérique des banlieues. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/un-cadre-banlieusard-le-portrait-de-famille-comme-miroir-deformant>. Consulté le 20 octobre 2017. D’abord paru dans (Gervais, Bertrand, Alice van der Klei et Marie Parent (dir.). 2015. Montréal, Université du Québec à Montréal : Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. vol. 39, p. 223-237).
Fichier attachéTaille
suburbia_17.pdf1.01 Mo
Période historique:
Champs disciplinaires:
Figures et Imaginaires:
Classification