Cahiers Figura

Quelques variations sur le darwinismes. Le bioart et ses mises en culture du vivant

Année de parution:
2013

Les protagonistes du bioart ont véritablement donné corps à l’idée d’une modulation du vivant à des fins purement artistiques et esthétiques. Ces artistes transforment plantes, animaux et matières biologiques en matériaux à création: «[t]ransgenèse, culture de tissus, hybridation ou sélection végétale ou animale, homogreffes, synthèses de séquences d’ADN artificielles, neurophysiologie [et] technologies de visualisation de la biologie moléculaire» sont désormais considérés comme de nouvelles techniques. Il existe quelques variations sur la définition du bioart: certains théoriciens vont même jusqu’à y inclure des œuvres se limitant à une représentation purement métaphorique, une schématisation conceptuelle ou une simple référence au vivant. Cet article adopte la définition proposée par le théoricien Pier Luigi Capucci dans son Schema sulle relazioni tra forme expressive où il propose le bioart comme relevant du domaine de l’organique (carbon based realm): il comprend donc les arts vivants ou les pratiques qui comportent des composantes vivantes. 

Numéro de la publication:
33
Pour citer ce document:
Cloutier, Marianne. 2013. « Quelques variations sur le darwinisme. Le bioart et ses mises en culture du vivant ». Dans Les voies de l'évolution. De la pertinence du darwinisme en littéraure. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/quelques-variations-sur-le-darwinismes-le-bioart-et-ses-mises-en-culture-du-vivant>. Consulté le 11 décembre 2017. D’abord paru dans (Chassay, Jean-François, Daniel Grenier et William S Messier (dir.). 2013. Montréal, Université du Québec à Montréal : Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. vol. 33, p. 147-168).
Fichier attachéTaille
cf33_08_mc.pdf174.76 Ko
Période historique:
Champs disciplinaires:
Problématiques:
Figures et Imaginaires:
Classification