Cahiers Figura

Les racines du réel: la science dans «Cosmos» de Witold Gombrowicz

Année de parution:
2001

Romancier, dramaturge, essayiste, commentateur de son propre travail, Gombrowicz est avant tout penseur. Passionné précoce de philosophie -à 15 ans il lit déjà Kant, Shopenhauer, Nietzsche, Montaigne et Pascal, pour ne nommer que ceux-ci- il le demeurera jusqu'à la fin de sa vie, comme en témoigne son Cours de philosophie en six heures un quart. Dans la préface de cet ouvrage, Francesco M. Cataluccio écrit: «Ce n'est pas une légende. Il semble réellement que sa passion pour la philosophie [ ...] ait sauvé Witold Gombrowicz du suicide». L'auteur en est alors aux derniers mois de sa vie et «seule la philosophie, en ce moment de décadence physique, [a] le pouvoir de mobiliser son esprit». Aussi cette passion transparaît-elle dans son oeuvre littéraire, Gombrowicz faisant siens plusieurs enjeux de la philosophie et de la science contemporaines: la théorie, dira l'écrivain, n'«intéresse [l'artiste] que dans la mesure où il peut se la faire passer dans le sang». C'est à la lumière de ces considérations que la problématique de la forme traverse son écriture; «ce qui caractérise l'humanité [selon Gombrowicz] est son incessant besoin de se donner une forme». Pour l'auteur de Ferdydurke, celle-ci se forge à travers le rapport de l'être humain à l'altérité, à l'identité et à ce qu'il nomme les «gueules». Cosmos s'inscrit comme une oeuvre phare de ce questionnement sur la forme en abordant le problème à ses racines. Qualifié par son auteur de quasi-roman policier, de «roman sur la formation de la réalité», il met en scène une phénoménologie de la perception à travers l'élaboration d'une dynamique fine entre objectivité et subjectivité du regard. «La démarche du détective est un peu, pour Gombrowicz, le symbole de ce que fait continuellement chaque individu -dans l'acte cognitif- par rapport à la réalité.» Dans une certaine mesure, elle se pose également comme une métaphore du travail de l'écrivain.

Suite en format pdf.

Numéro de la publication:
5
Langue du contenu:
Pour citer ce document:
Pouliot, Yanick. 2001. « Les racines du réel: la science dans Cosmos de Witold Gombrowicz ». Dans La science par ceux qui ne la font pas. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/les-racines-du-reel-la-science-dans-cosmos-de-witold-gombrowicz>. Consulté le 24 avril 2019. D’abord paru dans (Chassay, Jean-François et Kim Doré (dir.). 2001. Montréal : Figura, Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. coll. Figura, vol. 5, p. 55-72).
Fichier attachéTaille
cf5-5-pouliot-les_racines_du_reel.pdf2.67 Mo
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Classification