Cahiers Figura

L'échappée géopoétique...

Année de parution:
2008

À mi-chemin entre le regard et le langage, entre l’inspiration et le savoir, surgit parfois un instant d’illumination qu’on pourrait appeler l’échappée géopoétique. Quelque part du côté du rêve et de la mémoire, au-delà de la course prévue et de la navigation envisagée, comme un voilier d’oies-des-neiges saisi par la dérive des glaces au printemps.

Faut-il demander au baromètre de l’espèce l’explication d’une telle échappée, en imputer la venue à quelque distraction du firmament... à la dérive de la raison sous le chenal du désir? Ou s’agit-il d’un effort conscient de la volonté pour transcender le masque de la réalité? Mais tout cela à la fois, bien sûr! Il est des paysages qui surviennent comme des états de grâce pour s’estomper aussitôt dans leur propre sillage. C’est alors qu’on se demande si tout effort d’imagination pour tenter de restituer de telles intuitions morphologiques, de tels sentiments géographiques, ne constitue pas que vaine tentative. Car il existe au fond de la mémoire latente, un voyage-paysage précédant le langage, une morphologie de l’espace antérieure au cheminement du corps.

Suite en format pdf.

Numéro de la publication:
18
Langue du contenu:
Pour citer ce document:
Morisset, Jean. 2008. « L'échappée géopoétique.. ». Dans Le nouveau territoire : l'exploration géopoétique de l'espace. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/lechappee-geopoetique>. Consulté le 20 octobre 2021. D’abord paru dans (Bouvet, Rachel et Kenneth White (dir.). 2008. Montréal : Figura, Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. coll. Figura, vol. 18, p. 31-47).
Fichier attachéTaille
cf18-3-morisset-lechappee_geopoetique.pdf468.5 Ko
Aires de recherche:
Période historique:
Contexte géographique:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification