Cahiers Figura

La traduction fictive en tant qu'élément érotique dans le roman «Elles ne se rendent pas compte» de Boris Vian

Année de parution:
2013

En 1950, le court roman Elles se rendent pas compte parut en France, annoncé comme la traduction du quatrième roman de Vernon Sullivan, auteur afro-américain dont l’œuvre était trop controversée pour être publiée dans son propre pays. Le texte présente une version subversive du roman noir: le secours d’un jeune mondain qui se frotte à des personnages douteux dans un univers où l’homosexualité, le travestisme, et la supercherie des sexes soustendent les nombreuses aventures sexuelles des protagonistes. Ces deux derniers motifs constituent une érotique de la transformation qui fonctionne à l’échelle du texte. Nous les considérerons en tandem avec le fait que Vernon Sullivan était en fait un pseudonyme, afin de répondre à la question de savoir comment l’adaptation présumée du roman de l’anglais au français contribue à une telle érotique.

Suite en format pdf.

Numéro de la publication:
32
Pour citer ce document:
Branch, Andrew. 2013. « La traduction fictive en tant qu'élément érotique dans le roman "Elles ne se rendent pas compte" de Boris Vian ». Dans Traduire le texte érotique. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/la-traduction-fictive-en-tant-quelement-erotique-dans-le-roman-elles-ne-se-rendent-pas>. Consulté le 21 octobre 2019. D’abord paru dans (Boulanger, Pier-Pascale (dir.). 2013. Montréal, Université du Québec à Montréal : Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. vol. 32, p. 57-71).
Fichier attachéTaille
cf32_04_ab.pdf156.34 Ko
Aires de recherche:
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification