Cahiers Figura

La gauloiserie dans la littérature française de la fin du XIXe siècle

Année de parution:
2015

Extrait du chapitre

«En cette ère corsetée qu'est le XIXe siècle, un drôle de rire vient charmer les oreilles les plus bourgeoises: le rire gaulois. Alors même que les convenances pèsent lourd sur les esprits, la gauloiserie s'installe partout, à mesure que le siècle avance: petite littérature, scène, et plus encore petite presse en font un sujet privilégié, en particulier à partir de 1880. Le paradoxe est d'autant plus surprenant que, pour le lecteur d'aujourd'hui, le rire gaulois semble bien lourd et à tout le moins fort scabreux: qu'il s'agisse de grivoiserie ou de scatologie, les auteurs privilégient un comique bas, sous le signe de la grossièreté.

Comment expliquer une telle tolérance? Pourquoi la gauloiserie bénéficie-t-elle, au cœur de la société bourgeoise, de ce droit de cité que son caractère graveleux devrait au contraire lui retirer sur-le-champ, au nom du bon goût?»

Suite en format pdf.

Numéro de la publication:
40
Pour citer ce document:
Fougère, Marie-Ange. 2015. « La gauloiserie dans la littérature française de la fin du XIXe siècle ». Dans Du convenable et de l'inconvenant. Littérature française du XIXe siècle. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/la-gauloiserie-dans-la-litterature-francaise-de-la-fin-du-xixe-siecle>. Consulté le 16 décembre 2017. D’abord paru dans (Cnockaert, Véronique et Sophie Pelletier (dir.). 2015. Montréal, Université du Québec à Montréal : Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. vol. 40, p. 17-33).
Fichier attachéTaille
cf40_02.pdf190.53 Ko
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Classification