Cahiers Figura

Féerie pour un temps sans mesure. Louis-Ferdinand Céline chroniqueur du désastre

Année de parution:
2005

Le temps passe, paraît-il, et nous emporte avec lui. Est-ce si sûr? Il va sans dire, en tout cas, que dans cet emportement général, chacun s’accroche à ses morceaux —épaves ou projets, souvenirs ou ambitions—, à jamais décalé de l’histoire et de la mémoire, et de ce fait livré à la hâte, au retard, à cette condition finalement indépassable d’existence inopportune, intempestive et déplacée. Seule la mort nous rend enfin adéquats à nous-mêmes, et nous arrache au contretemps qui est sans doute la conséquence la plus musicale de la chute. Je sais, le terme est fort et par surcroît biblique. Il suffit d’écrire quelques lignes sur le temps pour se voir aussitôt entraîné dans les méandres théologiques. C’est ce qu’on appelle un effet obligé, une nécessité logique.

Suite en format pdf.

Numéro de la publication:
12
Langue du contenu:
Pour citer ce document:
Cliche, Anne Élaine. 2005. « Féerie pour un temps dans mesure. Louis-Ferdinand Céline chroniqueur du désastre ». Dans Des fins et des temps : Les limites de l'imaginaire. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/feerie-pour-un-temps-sans-mesure-louis-ferdinand-celine-chroniqueur-du-desastre>. Consulté le 23 octobre 2018. D’abord paru dans (Chassay, Jean-François, Anne Élaine Cliche et Bertrand Gervais (dir.). 2005. Montréal : Figura, Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. coll. Figura, vol. 12, p. 59-113).
Fichier attachéTaille
cf12-3-cliche-feerie_pour_un_temps_sans_mesure.pdf229.37 Ko
Aires de recherche:
Période historique:
Contexte géographique:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification