Cahiers Figura

Espace de transition(s). Banlieue et sociabilité de l'habitation dans le roman québécois

Année de parution:
2015

Extrait du chapitre

«Lorsque Gabrielle Roy fait paraître Bonheur d'occasion en 1945, la majorité de la population québécoise est urbaine depuis de nombreuses années. Le roman, en juxtaposant nombre de parcours individuels qui s'écartent de la sphère familiale et qui sont conditionnés par des positionnements sociaux et spatiaux, a défini une lecture réaliste de Montréal ayant servi par la suite à d'autres inventions romanesques de la ville.

Or, dans ce roman, une scène en particulier illustre une des apories de l'accession à la modernité qui caractérise le discours québécois avant et durant la Révolution tranquille. Rose-Anna et Azarius Lacasse éprouvent constamment des tracas financiers, mais ils échappent à leurs problèmes lors d'une seule occasion, quand ils s'évadent de Saint-Henri pour renouer avec la famille de Rose-Anna.»

Suite en format pdf.

Numéro de la publication:
39
Pour citer ce document:
Nareau, Michel. 2015. « Espace de transition(s). Banlieue et sociabilité de l'habitation dans le roman québécois ». Dans Suburbia. L'Amérique des banlieues. Article d’un cahier Figura. En ligne sur le site de l’Observatoire de l’imaginaire contemporain. <http://oic.uqam.ca/fr/articles/espace-de-transitions-banlieue-et-sociabilite-de-lhabitation-dans-le-roman-quebecois>. Consulté le 20 octobre 2017. D’abord paru dans (Gervais, Bertrand, Alice van der Klei et Marie Parent (dir.). 2015. Montréal, Université du Québec à Montréal : Figura, le Centre de recherche sur le texte et l'imaginaire. vol. 39, p. 149-162).
Fichier attachéTaille
suburbia_12.pdf165.43 Ko
Période historique:
Contexte géographique:
Champs disciplinaires:
Problématiques:
Objets et pratiques culturelles:
Figures et Imaginaires:
Classification