La recherche de l'OIC offre de nouvelles options!

Le moteur de recherche de l'OIC affiche des contenus tirés à la fois du site de l'OIC et des sites qui lui sont affiliés. Les résultats affichés seront ceux des contenus en provenance des sites de la famille de l'OIC. Il est possible de préciser la recherche à partir des facettes listées à gauche de l'écran.

Résultats de la recherche

Résultats de la recherche

Conférence

Capture ou l'esthétique des flux

Chatonsky, Grégory
Le travail de Chatonsky, tant par des installations interactives, des dispositifs en réseau et urbains, des photographies que des sculptures, interroge notre relation affective aux technologies, met en scène les flux dont notre époque est tissée et tente de créer de nouvelles formes de fiction.
David, Sylvain

Mémoires d’outre-punk. L’écriture du rock chez Patrick Eudeline et Virginie Despentes

La production romanesque de Patrick Eudeline et de Virginie Despentes est (presque) tout entière consacrée à la question du rock, avec une prédilection marquée pour le sous-genre du punk. Dans un cas comme dans l’autre, la musique n’est pas une simple trame sonore, une ambiance de fond: elle permet au contraire un accès privilégié à la psyché des personnages, offre un aperçu de leurs croyances et de leurs motivations.

Tremblay-Gaudette, Gabriel

Les déclinaisons multiples de la banlieue dans le hip-hop québécois

On pourrait penser que la culture hip-hop et la banlieue nord-américaine ne font pas bon ménage. Dans l'imaginaire collectif, le hip-hop est ramené à plusieurs tropes -le rappeur, jeune homme généralement noir, exhibant sa fortune matérielle, qui revendique un mode de vie hédoniste et ne répudie pas les activités criminelles -que l'on associerait mal à la banlieue, caractérisée par un mode de vie paisible, banal, voire ennuyant, le terreau de la famille de classe moyenne.
David, Anne-Marie

Sur «Les pauvres» de Plume Latraverse

«Les pauvres» est une chanson composée de huit strophes de huit ou sept vers chacune, terminée par une chute d'un vers en suspens, soit une strophe à lui tout seul. Les vers sont généralement construits selon une structure anaphorique -«[les pauvres] font [quelque chose]»- de six ou sept pieds. Ce «modèle» est toutefois très souple et régulièrement brisé par l'insertion d'un vers plus bref, rendu non-anaphorique par l'élision du sujet, un complément en apposition ou l'utilisation du pronom «y».

Pages

95 éléments trouvés